Le trouble développemental de la coordination

Au-delà d’une simple maladresse, la personne qui présente un trouble développemental de la coordination aura des difficultés significatives dans son quotidien, tant à la maison, à l’école que dans la société. Cependant, ce trouble est encore méconnu des parents, des enseignants et des professionnels en milieu scolaire et, parfois même, du domaine médical. Ce dossier vous permettra de vous familiariser avec ce trouble et ses caractéristiques. De plus, vous y trouverez des conseils concrets afin d’améliorer le quotidien des gens ayant un trouble développemental de la coordination.

Ce que les parents peuvent faire

Afin de maximiser l’autonomie, il est important d’adapter l’environnement et de simplifier la tâche. Pour se faire, il faut analyser la tâche afin de la fragmenter en étapes et de permettre, à la personne, plusieurs répétitions de la même tâche. Il est essentiel d’écouter la personne ayant un TDC, ses idées et ses stratégies et de débuter par ses besoins et ses objectifs pour s’assurer de sa motivation et de sa persévérance. En général, plus de temps devrait être alloué pour accomplir diverses tâches.

Voici une liste d’exemples concrets pour faciliter le quotidien

À la maison

• Si attacher ses lacets est difficile, utilisez des velcros ou différents types de lacets comme des attaches magnétiques. De plus, essayez diverses méthodes pour apprendre à attacher ses lacets.

• Pour faciliter l’autonomie lors de l’habillage, choisissez des vêtements faciles à mettre et à enlever avec un logo à l’avant (minimiser les boutons et les fermetures éclair). L’utilisation d’une chaise peut être facilitante pour s’asseoir et ainsi augmenter l’équilibre.

• Pour favoriser l’autonomie dans les moments d’hygiène, il est recommandé d’utiliser des lingettes humides au lieu du papier de toilette, une brosse à dents électrique et du savon liquide au lieu d’une barre de savon. De plus, une séquence de pictogrammes peut être installée dans la salle de bain pour détailler en images les étapes à suivre pour aller aux toilettes, se brosser ses dents ou se laver.

• Pour favoriser l’autonomie lors des repas, il peut être aidant de placer un napperon antidérapant sous l’assiette ou le bol, de choisir des assiettes avec un léger rebord ou des bols profonds et d’offrir des verres avec paille intégrée.

Pour les loisirs et les sports

• Laissez la personne choisir selon les intérêts, ne lui imposez rien. Le plaisir et la pratique d’une activité physique sont plus importants que la performance. L’apprentissage de la nouvelle activité sera plus facile si elle est faite étape par étape.

Pour les activités scolaires

• Si la calligraphie est ardue, il est important de ne pas pénaliser l’enfant pour une mauvaise calligraphie lors des travaux et de ne pas imposer un type de calligraphie. Réduire la quantité d’écriture va également aider. De plus, agrandir les feuilles d’exercices et les interlignes au besoin ou encore écrire à double interligne est une méthode à essayer. La personne peut avoir besoin de plus de temps pour terminer les travaux et les examens. Finalement, l’utilisation d’un ordinateur peut s’avérer très utile. Toutefois, l’utilisation d’un ordinateur nécessite un apprentissage et que l’individu soit à l’aise avec l’outil avant de le transférer directement en milieu scolaire.

• Donner plus de temps à l’enfant pour se préparer (sortir de la classe quelques minutes avant les autres avant la récréation) l’aidera dans les transitions. De plus, avoir un casier seul et en bout de rangée est conseillé.

• Lorsqu’un nouvel outil va être utilisé pour la première fois (ex. : compas), avertissez l’enfant à l’avance et enseignez-le-lui en individuel.

📕 Suggestions de lecture

Livres pour enfants

Les maladresses d’Agnès d’Emmanuelle Jasmin (2015)

Max est maladroit de D. De Saint Mars (1996)

Laisse-moi t’expliquer la dyspraxie de Julie Philippon (2015)

Livres pour parents

La Dyspraxie de l’Enfant : vos grandes questions, nos meilleures réponses de France Léger et Pierre Dalcourt (2012)

Mon cerveau ne m’écoute pas: comprendre et aider l’enfant dyspraxique de Sylvie Breton et France Léger (2007)

L’enfant dyspraxique: mieux l’aider à la maison et à l’école de Caroline Huron (2011)

L’enfant dyspraxique et les apprentissages de Michèle Mazeau et Claire Le Lostec (2010)

Dyspraxie : une approche clinique et pratique d’Evelyne Pannetier (2011)

💻 Sites web

Canchild Center for disability Research of McMaster University (en anglais)
Le meilleur site pour trouver toute la documentation. Beaucoup de documents à faire imprimer tant pour avoir des stratégies à la maison qu’à l’école


TDC Québec


Cartable fantastique


SOS Dyspraxie

Abonnez-vous à notre infolettre pour rester à l’affût de nos dernières nouvelles!