L’hyperlexie

Quand les enfants
lisent avant de parler

 

L’hyperlexie est une condition et non un trouble. Les enfants hyperlexiques apprennent généralement tôt et tout seuls à décoder du texte, c’est-à-dire à prononcer des mots écrits, mais ils ne comprennent pas toujours ce qu’ils lisent. Souvent, ces enfants sont très intéressés par tout ce qui est écrit (lettres, chiffres, affiches, livres) dès leur plus jeune âge.

L’hyperlexie est encore bien peu connue du public et des professionnels de la santé, mais plus fréquente qu’on ne le croit. Cette fiche n’a pas vocation de diagnostic ou de définir des déficits chez l’enfant. Il s’agit plutôt de définir l’hyperlexie et de présenter les particularités et les forces qui y sont liées.

Définition

Pour le moment, l’hyperlexie n’est pas un diagnostic reconnu dans les manuels de psychiatrie; il n’existe donc pas de définition officielle sur laquelle tout le monde s’accorde. Dans la documentation scientifique, on retrouve néanmoins des éléments consensuels qui permettent de définir l’hyperlexie.

L’hyperlexie est caractérisée par un développement atypique des capacités de lecture. Souvent, les enfants hyperlexiques sont très intéressés par tout ce qui est écrit (lettres, chiffres, affiches, livres) dès leur plus jeune âge. Le décodage de textes et de mots, c’est-à-dire la prononciation des mots écrits, est acquis très tôt, parfois bien avant la compréhension de ces mots et sans enseignement explicite. Ce n’est donc pas de la lecture typique où l’enfant apprend à lire des mots dont il connaît déjà le sens. Les articles scientifiques les plus récents indiquent que l’hyperlexie est souvent associée à l’autisme ou à d’autres troubles du développement.

Le spectre du profil hyperlexique

Puisque l’hyperlexie n’est pas une condition bien définie, on va plutôt parler de profil hyperlexique ici. Dépendamment de l’âge, on peut retrouver dans le profil hyperlexique au une ou plusieurs des trois principales caractéristiques de l’hyperlexie : – Fort intérêt pour le matériel écrit
– Décodage précoce
– Écart entre le décodage et la compréhension

Par ailleurs, les tests standardisés à notre disposition ne nous permettent pas d’évaluer certaines caractéristiques de l’hyperlexie chez les enfants très jeunes (entre 18 mois et 36 mois). De plus, la population concernée par l’hyperlexie est souvent difficile à tester, car ce sont de jeunes enfants parfois non verbaux et avec un développement atypique. On peut imaginer un large spectre avec d’un côté l’intérêt pour le matériel écrit et de l’autre côté la compétence de lecture. Ces deux aspects peuvent se retrouver dans des proportions variables chez chaque enfant. Par exemple, certains enfants présentent un intérêt quasi exclusif pour les lettres et/ou les chiffres sans pour autant apprendre à lire de façon très précoce.

Lorsqu’un tout petit enfant est fasciné par les lettres ou qu’il apprend à lire tout seul, beaucoup de parents sont intrigués par ces comportements remarquables. C’est à ce stade que le profil hyperlexique peut être remarqué. Après l’entrée à l’école, la plupart des enfants apprennent à lire couramment. Les particularités des enfants hyperlexiques par rapport aux autres enfants s’effacent alors graduellement lorsque ces enfants deviennent tous lecteurs.

L’hyperlexie n’est pas…

L’hyperlexie peut être associée à certaines conditions neurodéveloppementales, mais elle n’est pas équivalente à d’autres conditions similaires :

Quelles sont les manifestations observables de l'hyperlexie?

Toutes les manifestations présentées sont des manifestations possibles. Il ne s’agit pas de faire une généralisation de ce profil, mais de décrire les éléments observés chez certains enfants hyperlexiques.
Les signes d’hyperlexie sont parfois évidents et détectés avant deux ans, mais ils sont généralement identifiés par hasard bien plus tard, car inattendus dans le contexte d’une condition neurodéveloppementale surtout lorsque les forces de l’enfant ne sont pas explorées.
Le premier symptôme le plus souvent observable est une attirance très présente pour tout ce qui est relié au matériel écrit : lettres, mots, parfois chiffres et formes géométriques. Par exemple, les enfants hyperlexiques peuvent s’intéresser particulièrement aux lettres magnétiques, aux cubes alphabet, aux livres et journaux, aux claviers d’ordinateur, aux téléphones ou aux tablettes… Dans beaucoup de cas, il y a aussi un retard du langage oral.
Par la suite, alors que la capacité de lecture se développe, les enfants hyperlexiques peuvent par exemple chanter la chanson de l’alphabet, écrire des lettres et des mots à chaque occasion qui se présente, parfois même dans des langues différentes (alphabet russe, arabe, etc.), ou encore avoir un intérêt particulier pour les vidéos avec des sous-titres, quitte à les mettre par eux-mêmes.
Enfin, certains enfants hyperlexiques apprennent à prononcer les mots écrits (c’est-à-dire décoder le texte) avant d’entrer à l’école avec une avance de plusieurs années sur les enfants typiques du même âge. Ces mots sont parfois longs et compliqués en comparaison avec les attentes à un âge donné. En revanche, l’enfant peut être incapable de répondre à des questions simples sur le sens du texte. La capacité de compréhension évolue avec l’âge et peut rattraper le niveau des enfants typiques avec le temps.

Quel est le lien entre l'hyperlexie et l'autisme?

La principale condition associée à l’hyperlexie est l’autisme. Parmi les cas d’hyperlexie publiés dans la littérature scientifique, 84% se situent sur le spectre autistique. Une des caractéristiques de l’autisme étant la présence d’intérêts intenses, il est logique que ces deux conditions se recoupent puisque l’hyperlexie inclut un intérêt intense pour le matériel écrit. De plus, l’hyperlexie est fréquemment associée à un trouble du langage oral, voire à une quasi-absence de langage communicatif, qui est aussi un symptôme d’autisme.

Il n’existe pas de données sur la fréquence de l’hyperlexie dans la population générale. On ne peut trouver que des études sur sa prévalence chez les personnes autistes. En tout, il n’y a que 4 études qui ont tenté d’estimer la prévalence de l’hyperlexie dans l’autisme ou dans les troubles envahissants du développement entre 1985 et 2009. Les résultats variaient entre 6% et 20,7%. La prévalence de l’hyperlexie est plus petite que la prévalence du profil hyperlexique. On pourrait donc dire que la prévalence la plus élevée correspond plutôt au profil hyperlexique défini ci-dessus et non pas à la condition de l’hyperlexie.

Quelles sont les origines de l'hyperlexie?

On ne connaît pas encore les causes de l’hyperlexie. Les articles actuels émettant des hypothèses sur les bases neurologiques de l’hyperlexie découlent d’études sur la population autiste. De nombreux articles ont montré que les personnes autistes sont meilleures à différents types de tâches de perception visuelle. En partant de cette observation, des chercheurs ont fait l’hypothèse que cette force pourrait expliquer le décodage précoce retrouvé dans l’hyperlexie. En effet, le décodage de mots ou de textes fait appel à la perception visuelle. Ainsi, ce serait de bonnes capacités de perception visuelle sous-tendues par les aires visuelles du cerveau qui expliqueraient la supériorité en décodage dans l’hyperlexie. Cette hypothèse est cohérente avec le fait que les personnes autistes mobilisent leurs aires cérébrales visuelles plus que les personnes typiques pendant la lecture. Ces aires visuelles semblent avoir une communication réduite avec les aires sémantiques qui aident à comprendre le sens des mots, ce qui pourrait expliquer l’écart avec le niveau de compréhension.
Dans les critères de l’hyperlexie comme dans les critères de l’autisme, on retrouve des intérêts intenses. Dans le cas de l’hyperlexie comme décrit ci-dessus, l’intérêt se porte sur le matériel écrit. En résumé, on peut penser que c’est cet intérêt intense qui, combiné avec un système visuel très adapté à la lecture, pousse les enfants hyperlexiques à consacrer énormément de temps à l’observation de mots écrits et donc à pratiquer la reconnaissance des lettres et des mots de façon intensive. Cet intérêt mène à une expertise en décodage qui caractérise l’hyperlexie.

Qui peut identifier l’hyperlexie?

Bien qu’un diagnostic officiel d’hyperlexie n’existe pas pour le moment, de plus en plus de professionnels de la santé sont informés sur le sujet. C’est souvent lors d’une évaluation en vue d’un diagnostic de trouble du spectre autistique qu’un professionnel, par exemple un psychiatre ou psychoéducateur, pourrait remarquer des signes d’hyperlexie rapportés par les parents. Les spécialistes formés à l’évaluation des troubles de lecture (orthopédagogues, orthophonistes, psychologues scolaires, neuropsychologues) peuvent aussi évaluer les manifestations de l’hyperlexie.

Ce que les parents peuvent faire

Les interventions portent généralement sur les troubles associés à l’hyperlexie plus que sur l’hyperlexie elle-même, puisque celle-ci constitue principalement une force. Néanmoins, lorsque certains comportements sont envahissants et répétitifs, il peut y avoir un travail d’enrichissement afin d’élargir la panoplie de comportements de l’enfant. On peut s’appuyer sur cette force en lecture et utiliser l’intérêt de l’enfant afin de travailler sur ses difficultés. Par exemple, les parents peuvent utiliser l’écriture dans leur vie quotidienne pour communiquer avec leur enfant et le mener petit à petit vers le langage oral.

Suggestions de lectures et ressources Internet

Sur le Spectre, le magazine du groupe de recherche en neurosciences cognitives de l’autisme de Montréal, le volume 4 contient un article sur l’hyperlexie, et le volume 5, une petite bande dessinée :
http://grouperechercheautismemontreal.ca/Magazine.aspx

Une revue complète de la littérature scientifique sur l’hyperlexie en 2017 : Ostrolenk, A., d’Arc, B. F., Jelenic, P., Samson, F., & Mottron, L. (2017). Hyperlexia: Systematic review, neurocognitive modelling, and outcome. Neuroscience & Biobehavioral Reviews, 79, 134-149.
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S014976341630639X

Résumé en anglais de la revue de littérature ci-dessus :
https://openforest.net/study-shows-link-hyperlexia-autism/

Un article d’encyclopédie sur l’hyperlexie : Mazurek, M. O., & Kanne, S. M. (2018). Hyperlexia. In Encyclopedia of Clinical Neuropsychology (pp. 1-3). Springer International Publishing.
https://link.springer.com/referenceworkentry/10.1007%2F978-3-319-56782-2_1553-2

Grigorenko, E. L., Klin, A., & Volkmar, F. (2003). Annotation: Hyperlexia: disability or superability?
Journal of Child Psychology and Psychiatry, 44(8), 1079-1091.

Témoignage de parents (traduit depuis l’anglais) :
https://hslda.ca/fr/eduquer-un-enfant-atteint-dhyperlexie

FORMATION #48.1

LES TROUBLES D’APPRENTISSAGE CHEZ LES ENFANTS AYANT UN TROUBLE DU SPECTRE DE L’AUTISME (TSA)

Objectif : Définir les troubles d’apprentissage au sein du TSA et favoriser la compréhension de l’apprentissage des enfants TSA


DOSSIER RÉDIGÉ PAR ALEXIA OSTROLENK
M.Sc en Neurosciences Cognitives

Abonnez-vous à notre infolettre mensuelle pour rester à l’affût de nos dernières nouvelles!