fbpx

5 à 15 % des enfants d’âge scolaire vivent avec un trouble spécifique d’apprentissage ; le plus fréquent est la dyslexie-dysorthographie. Ce trouble persiste jusqu’à l’âge adulte.

Vous avez trente secondes pour lire ce paragraphe et répondre à la question :

Laje uneét aitb arti evoirsakr an d-m ère.E nfinelle a l laitbou foirla se r rerta nsse spras. C elafa isa itb lusi eu rsmo isqu’el leat tendaitcemo me nt.Tés or mais,Lau rencenene s’ennuirabl us.

Comment se sent le personnage principal ?

Apprendre avec une dyslexie-dysorthographie

La dyslexie-dysorthographie est un trouble d’apprentissage caractérisé par des erreurs dans l’identification et la production de mots à l’écrit, puis des difficultés comme le manque de fluidité dans les tâches de lecture et d’écriture. Ces manifestations ont généralement des impacts sur la compréhension en lecture et la production de textes. Avec le temps, même si les difficultés s’atténuent, de nouvelles embûches peuvent se dresser.

Pour que ces manifestations soient associées à un trouble, elles doivent :
• être significativement en deçà du niveau attendu pour l’âge de l’enfant ;
• persister en dépit d’interventions ciblées et efficaces ;
• ne pas s’expliquer par d’autres facteurs (vision, audition, déficience intellectuelle, etc.).

Une conclusion de trouble spécifique d’apprentissage associé à une dyslexie-dysorthographie est généralement tirée par l’orthophoniste, le neuropsychologue ou le psychologue. De plus en plus, l’avis de l’orthopédagogue est considéré dans l’élaboration du diagnostic. Ces personnes évaluent le profil de l’individu en fonction de plusieurs tests, dont l’évaluation de la conscience phonologique, la lecture de différentes catégories de mots isolés, la compréhension en lecture, etc.

La dyslexie-dysorthographie ne devrait pas être un obstacle à la réussite scolaire. Il s’agit d’un trouble qui atteint l’habileté à lire et à écrire adéquatement les mots et non d’une difficulté à comprendre les informations dans un texte ou à bien développer ses idées dans un texte. Avec des interventions ciblées et les bonnes mesures d’adaptation, votre enfant peut être tout à fait en mesure de pallier ses difficultés et de cheminer normalement dans son parcours scolaire.

Le saviez-vous?

la dyslexie dysorthographie renvoie à des difficultés à associer le bon son à une lettre ou à un groupe de lettres, à fusionner ou segmenter les sons qui composent les mots, puis à reconnaître ou orthographier efficacement les mots. Ces manifestations ont des conséquences directes sur la lecture et sur la production de textes qui deviennent plus laborieuses, lentes et moins fluides. En fait, il s’agit d’une idée préconçue et erronée de croire que la dyslexie-dysorthographie est associée au fait d’inverser des lettres ou d’écrire les lettres à l’envers.

Posséder de bonnes habiletés de compréhension en lecture favorise la réussite dans les autres matières. C’est la raison pour laquelle un dépistage précoce des difficultés en lecture et en écriture est primordial pour le parcours scolaire de l’enfant.

« Le souper sera servi en retard »

— Mé… lan… gu… guer…
— C’est « mélanger », dis-je en insistant sur la dernière syllabe.
Je pose une main dans le dos d’Inès pour l’encourager à poursuivre sa lecture, tout en regardant l’horloge de la cuisine. Le souper sera servi en retard.
Si j’avais réalisé cette recette seule, elle serait déjà presque terminée, mais ma petite puce de huit ans a insisté pour m’aider et j’ai pensé que ça lui ferait un bon entraînement.
Depuis quelque temps, elle a plus de mal à suivre à l’école.

Pourtant, elle ne souffre d’aucun problème de vision ou d’audition ; son père et moi nous en sommes assurés.
Mon regard glisse vers Assad, mon aîné, assis à la table du salon. Les difficultés de ma cadette ressemblent aux siennes. Effectivement, on a diagnostiqué une dyslexie-dysorthographie à Assad alors qu’il était plus jeune.
Inès s’arrête. Elle a fini de lire la phrase, ce qui lui a pris près de cinq minutes. Son expression est tendue. Je lui demande doucement :
— Alors, quelle est la prochaine étape ?
— Je… je ne sais pas, répond-elle, un peu honteuse.
J’ai le cœur gros. Préoccupés par les résultats scolaires d’Assad, mon mari et moi avons peut-être négligé les problèmes rencontrés par Inès. J’espère qu’il n’est pas trop tard pour faire quelque chose…

Une course à obstacles

Les enfants présentant une dyslexie-dysorthographie rencontrent des difficultés au-delà de l’identification et de l’écriture de mots. En effet, le manque d’efficacité pour ces habiletés compromet la compréhension en lecture, la production de textes et évidemment l’expérience acquise comme lecteur et scripteur. Ainsi, on remarque que ces enfants ont de la difficulté à accomplir correctement des tâches en lien avec leurs lectures et à répondre aux exigences en écriture pour leur cycle scolaire. Par ailleurs, l’intérêt de ces élèves pour ces tâches et leur estime de soi s’en trouvent souvent affectés.

Avec le temps, même si les difficultés s’atténuent, de nouvelles embûches peuvent se dresser.
Effectivement, arrivés au secondaire, ces enfants doivent faire face à un contexte où les exigences sont plus élevées et le soutien est moins constant. Leurs faibles habiletés à l’écrit les désavantagent rapidement alors que la lecture et l’écriture deviennent essentielle pour mener à bien les activités prévues dans toutes les disciplines (mathématiques, histoire, sciences, etc). C’est pourquoi ces jeunes ont souvent accès à des outils technologiques leur permettant de compenser leurs difficultés. En revanche, l’appropriation de ces outils est en soit un processus d’acquisition qui prend du temps. Ceux-ci doivent être utilisés régulièrement pour que les jeunes arrivent à s’en servir de façon efficace.

Vous trouverez ici des techniques pour mieux accompagner votre enfant qui présente une dyslexie-dysorthographie dans ses apprentissages.

Oui, mais…

Peut-être avez-vous l’impression que vous n’avez pas les compétences pour intervenir auprès de votre enfant ? Ou encore que vous manquez de temps et de ressources financières pour des services privés en
orthopédagogie ? Vous ne voulez pas non plus soumettre votre enfant à des difficultés supplémentaires
à celles qu’il éprouve déjà à l’école ?

Aussi, vous ne voulez surtout pas que votre enfant soit étiqueté comme ayant des défis particuliers ; vous craignez que cette étiquette le suive tout au long de son parcours scolaire ou lui porte préjudice à l’école et plus tard au travail.

Vos appréhensions sont tout à fait normales ! Sachez que vous n’êtes pas seul. Vous êtes au bon endroit pour bénéficier de l’accompagnement de l’équipe de l’Institut des troubles d’apprentissage et mieux faire face à vos défis.

Notre mission ? Assurer l’égalité des chances des personnes qui vivent avec un trouble d’apprentissage et leur permettre de développer leur plein potentiel au sein de notre société. Nos spécialistes viennent en aide aux apprenants de tous âges qui vivent avec un trouble ou une difficulté d’apprentissage, à leurs proches ainsi qu’aux intervenantes et aux intervenants gravitant autour d’eux.

Notre équipe vous propose une mine d’informations et d’astuces validées scientifiquement. Ces informations vous sont présentées sous forme de capsules vidéo, de fiches-conseils, de soutien par clavardage, de conférences, de webinaires, d’articles, etc. De plus, tous nos conseils sont basés sur les données issues de la science.

Même s’il n’y a pas de remède miracle, chaque famille peut trouver des stratégies gagnantes selon son histoire, son contexte, ses valeurs et le profil de la personne aux prises avec une dyslexie-dysorthographie, mais surtout n’oubliez pas : le diagnostic n’est pas une sentence à perpétuité. En outre, l’intelligence et les habiletés sont en constante évolution. Avec les bonnes interventions et de la pratique, il est tout à fait possible d’adapter sa façon d’apprendre à son trouble d’apprentissage.

Suivez le guide!

Ce dossier vous est proposé par Justine Dionne-Simard, B.Éd., enseignante en orthopédagogie.

Justine Dionne-Simard est une orthopédagogue impliquée qui souhaite raviver la soif pour la connaissance et promouvoir l’égalité des chances auprès des apprenants qu’elle rencontre. Finissante à la maîtrise en orthopédagogie professionnelle (M. Éd.), celle-ci travaille surtout avec la clientèle du secondaire et de la fin du primaire avec qui elle intervient au privé et dans le cadre de collaborations avec certains milieux scolaires. De plus, cette spécialiste s’implique dans différents projets au sein de l’Institut des troubles d’apprentissage où elle met à profit son intérêt pour la recherche en orthopédagogie et ses compétences en langues.

Bien que sa carrière soit naissante, son sens entrepreneurial et sa polyvalence l’amènent à s’engager de multiples façons afin de contribuer au bien-être des élèves en difficulté.

« Lorsque la mère de Nicolas (nom fictif) a fait appel au service en orthopédagogie, le garçon avait honte d’utiliser son ordinateur en classe. En plus de le gêner, cette mesure le handicapait plus qu’autre chose alors qu’il avait de la difficulté à taper au clavier et à employer ses outils d’aide tant en lecture qu’en écriture. Nicolas se sentait emprisonné par ses difficultés, comme si l’écrit ne lui permettait pas de faire briller son potentiel. Même si cet élève était curieux de nature, l’école était pourtant devenue une source de désenchantement.

Grâce à un suivi professionnel en collaboration avec le milieu scolaire et la maison, puis aux efforts de Nicolas, celui-ci a su s’approprier ses outils d’aide en écriture de manière à rédiger efficacement les idées qu’il avait en tête tout en employant une méthode fonctionnelle pour produire les textes avec une prédiction de mots. De plus, il a pu démontrer ses habiletés de compréhension en lecture en utilisant la synthèse vocale, le traitement de texte et la prédiction de mots pour bien élaborer ses réponses en contexte d’évaluation.
Toutefois, l’aspect le plus important est que Nicolas a repris goût aux tâches d’écriture et de lecture ; il a commencé l’écriture d’un roman fantastique et a développé un intérêt pour le théâtre même si cette activité implique d’apprendre des textes par cœur.

Nicolas est maintenant en 6e année et n’est plus gêné de sortir son ordinateur en classe. Il comprend que ce dernier lui permet de faire valoir ses connaissances et de rayonner à sa juste valeur. »

Choisir vos batailles

Les enfants aux prises avec un trouble d’apprentissage ont particulièrement besoin d’attention positive pour rehausser leur estime et développer leur sentiment de compétence. Pour que votre enfant vive des succès, il est donc important de choisir vos batailles avec soin.

Les enfants vivant avec une dyslexie-dysorthographie rencontrent de multiples difficultés et celles-ci varient selon le profil de l’enfant. D’ailleurs, il n’est pas possible de toutes les aborder en même temps. C’est pourquoi nous vous proposons de remplir le court questionnaire ci-dessous afin de mieux déterminer vos priorités d’action. Ce test n’est pas un outil diagnostique; il est conçu uniquement dans le but de cibler des objectifs et de vous aider à les atteindre.

Selon Égide Royer, Ph. D., la persévérance est comme un marathon. La déception indique à certains de changer de trajectoire pour limiter les pertes, alors que pour d’autres elle les encourage à rester dans la course. Source : Persévérance, 2015.

« Mon corps craque de partout »

— Bonjour, Raphaëlle. Comment vas-tu, ce matin ?
— Très bien, madame Pelletier, dis-je en ôtant mes gants et mon cache-cou. Avez-vous passé une bonne nuit ?
— Oh ! vous savez, mon corps craque de partout, ce qui fait un bruit d’enfer ! J’ai bien essayé de le faire taire, mais il n’en fait qu’à sa tête !
À quatre-vingt-douze ans, madame Pelletier ne manque pas d’humour. Elle me fait beaucoup rire. Je m’excuse auprès d’elle, car mon service va bientôt commencer. Elle me fait promettre d’aller la voir dans sa chambre dans la matinée.

Cela fait déjà cinq ans que je travaille à la Maison aux Pinsons. Je m’y sens bien, à ma place. J’y suis entrée à l’âge de seize ans, aux cuisines, puis j’ai obtenu l’un des postes de préposée aux bénéficiaires.
Parfois, je me demande quels auraient été mes choix si j’avais poursuivi ma scolarité. Avec un TDAH et une dyslexie-dysorthographie, mes années d’école ont été difficiles. Je me suis découragée.
Ce n’est pas un regret ! J’adore mon travail. Et puis, je suis quand même fière d’avoir réussi toutes les matières de cinquième secondaire, à l’exception de l’anglais et du français. Toutefois, de temps en temps, je me dis que je devrais peut-être essayer d’obtenir un diplôme. Il existe des programmes intéressants pour les adultes.
J’accroche mon manteau à la patère d’un air pensif. Maintenant que je vis en appartement, je me vois mal abandonner mon travail pour retourner à l’école. Ce revenu, j’en ai besoin.
De toute façon, je doute d’en être capable. Mes difficultés en lecture et en écriture sont trop tenaces. J’échouerais certainement…

Une course à obstacles

La dyslexie-dysorthographie se caractérise d’abord par des difficultés d’identification et de production de mots. Les personnes atteintes ont de la difficulté à lire et à écrire avec aisance, précision et rapidité. Le manque d’efficacité pour ces habiletés compromet la compréhension en lecture, la production de textes et évidemment l’expérience acquise au fil du temps comme lecteur et scripteur. D’ailleurs, leur intérêt pour ces activités s’en trouve souvent affectée, ce qui ne leur laisse pas non plus la chance d’accroître leurs habiletés.

À l’âge adulte, les difficultés finissent toutefois par s’atténuer, notamment en lecture, mais cela ne veut pas dire que ces personnes ne rencontrent plus d’embûches. Effectivement, l’écrit fait partie de notre quotidien et est essentiel pour mener à terme des tâches complexes au travail ou aux études. Ainsi, les activités qui impliquent la compréhension de textes ou l’écriture en général peuvent rester anxiogènes pour ces personnes. De plus, bien que la plupart d’entre elles aient développé des stratégies pour compenser les défis qu’elles rencontrent, celles-ci peuvent se sentir comme si elles avaient atteint le maximum de leurs capacités et qu’elles ne peuvent pas faire mieux. Cette impression peut affecter leur sentiment de compétence et les limiter dans leurs choix professionnels.

Vous trouverez ici des outils vous permettant de progresser dans vos habiletés à l’écrit, que vous ayez ou non déjà reçu un diagnostic de dyslexie-dysorthographie.

Oui, mais…

Peut-être pensez-vous qu’à votre âge, il est trop tard pour s’attendre à des changements ou à des améliorations ? Ou encore que vous n’avez pas le temps ni les ressources financières pour vous offrir les services d’un orthopédagogue ou d’une orthopédagogue du secteur privé et qu’il n’y a pas de services accessibles si vous n’êtes pas dans le système scolaire ?

Vous savez que votre trouble d’apprentissage est là pour la vie et vous pensez que vous ne pouvez pas agir pour améliorer votre situation ?

Vos appréhensions sont tout à fait normales ! Sachez que vous n’êtes pas seul. Vous êtes au bon endroit pour bénéficier de l’accompagnement de l’équipe de l’Institut des troubles d’apprentissage afin de faire face à vos défis.

Notre mission ? Assurer l’égalité des chances des personnes vivant avec un trouble d’apprentissage et leur permettre de développer leur plein potentiel au sein de notre société. Nos experts viennent en aide aux apprenants de tous âges qui vivent avec un trouble ou une difficulté d’apprentissage, à leurs proches ainsi qu’aux intervenants et aux intervenantes qui gravitent autour d’eux.

Notre équipe d’experts vous propose une mine d’informations et d’astuces vérifiées scientifiquement, sous différentes modalités (capsules vidéo, fiches-conseils, soutien par clavardage, conférences, webinaires, articles, etc.).

Même s’il n’y a pas de remède miracle ou de recette universelle, chaque personne peut trouver des stratégies gagnantes selon son histoire, son contexte, ses valeurs et son profil, mais surtout n’oubliez pas : ce qui ne fonctionnait pas hier peut fonctionner aujourd’hui et ce qui ne fonctionne pas pour une personne peut fonctionner pour une autre.

Suivez le guide!

Ce dossier vous est proposé par Justine Dionne-Simard, B.Éd., enseignante en orthopédagogie.

Justine Dionne-Simard est une orthopédagogue impliquée qui souhaite raviver la soif pour la connaissance et promouvoir l’égalité des chances auprès des apprenants qu’elle rencontre. Finissante à la maîtrise en orthopédagogie professionnelle (M. Éd.), celle-ci travaille surtout avec la clientèle du secondaire et de la fin du primaire avec qui elle intervient au privé et dans le cadre de collaborations avec certains milieux scolaires. De plus, cette spécialiste s’implique dans différents projets au sein de l’Institut des troubles d’apprentissage où elle met à profit son intérêt pour la recherche en orthopédagogie et ses compétences en langues.

Bien que sa carrière soit naissante, son sens entrepreneurial et sa polyvalence l’amènent à s’engager de multiples façons afin de contribuer au bien-être des élèves en difficulté.

« Olivier (nom fictif) est un jeune adulte dans la vingtaine. Depuis le début de sa scolarité, il chemine avec une dyslexie-dysorthographie et un TDAH. Pour lui, ses problèmes en lecture et en écriture ainsi qu’en ce qui concerne l’organisation et le contrôle de soi (inhibition) sont souvent apparus comme les barrières qui l’ont empêché de faire valoir son réel potentiel à l’école. En effet, outre ses difficultés, Olivier est une personne débrouillarde, avec une grande curiosité intellectuelle, une excellente mémoire et de fortes habiletés langagières. C’est notamment pour ces raisons qu’il a toujours su persévérer et veiller à ce qu’il ait tous les outils dont il avait besoin pour réussir.

Malgré le fait qu’il vit avec cette dualité, Olivier fraie tranquillement son chemin dans le milieu du travail. Étant donné qu’il a une passion pour les voitures depuis son plus jeune âge, ses forces lui ont permis de s’intégrer et d’évoluer parmi des concessionnaires automobiles de sa région. Aujourd’hui, il est conseiller à la vente. Ses habiletés à l’écrit lui posent de moins en moins problème alors qu’il emploie des stratégies et la technologie pour mener à bien certaines tâches qu’il a à faire. Olivier aimerait un jour poursuivre son cheminement postsecondaire, mais pour l’instant il décide d’acquérir de l’expérience sur le terrain avant de s’engager dans une formation collégiale ou universitaire. »

Choisir vos batailles

Même à l’âge adulte, on continue d’apprendre et de vivre des réussites dans différentes sphères de notre vie, mais, pour avancer, il faut choisir ses batailles et cheminer vers un objectif clairement défini.

Les adultes touchés par un trouble d’apprentissage peuvent rencontrer des défis bien différents. C’est pourquoi nous vous proposons de remplir le court questionnaire ci-dessous afin de mieux cibler vos besoins et de déterminer vos priorités d’action.

À retenir

Une démarche collaborative misant sur des approches et des stratégies jugées efficaces pour accompagner la dyslexie-dysorthographie est la clé du succès pour limiter les défis du trouble d’apprentissage au quotidien.

Vous avez des questions?

Mon enfant a un trouble du langage, mais il a des difficultés qui s’apparentent à la dyslexie-dysorthographie. Comment puis-je l’aider ? Je fais des études postsecondaires : quelles seraient les stratégies les plus efficaces pour m’aider à réaliser des tâches complexes en lecture et en écriture ? Consultez la FAQ pour obtenir les réponses à vos questions !

→ Consultez la FAQ pour obtenir les réponses à vos questions

Vous avez besoin de soutien?

L’Institut TA vous invite à joindre son groupe de soutien pour les parents. Vous y trouverez des stratégies, des témoignages, des outils, etc. Diverses activités y sont proposées pour discuter avec d’autres parents, pour s’informer, etc. Ça vous intéresse ?

→ Rejoindre le réseau d’entraide

Pour aller plus loin


À consulter

Documentation sur la dyslexie-dysorthographie
Naitreetgrandir.com

Articles et dossiers thématiques pour accompagner les enfants avec un trouble d’apprentissage
TA à l’école

Trousse d’intervention appuyée par la recherche pour l’enseignement de la lecture et de l’écriture
Réseau canadien de recherche sur le langage et l’alphabétisation

Outils pédagogiques pour l’enseignement de la lecture
ADEL

Ressource pour les parents et le corps enseignant sur la morphologie
Morphoplus

En recherche d’un professionnel ou d’une professionnelle pour une évaluation ou un suivi ?
Liste des bottins des membres du personnel professionnel

Le Service national du RECIT, Adaptation scolaire, offre une foule d’informations utiles, notamment sur les outils et fonctions de l’aide technologique.
Recitas.ca


À lire

Tessier, A. et Poirier, P. (2019). Dyslexie et dysorthographie : la boîte à outils.
Aux éditions de Mortagne

Poirier, P. et Morin, J. (2019). La dyslexie et la dysorthographie racontées aux enfants.
Aux éditions de Mortagne

Latulippe, M. et Poulin, P. (2020). Non aux étiquettes !
Dominique et Compagnie

Fortin, A. L’apprenant et ses aides technologiques en lecture et en écriture : comment l’accompagner au quotidien ?
Aux éditions Horizons


Notre précieux partenaire

Bibliographie

American Psychiatric Association. (2013). Trouble spécifique des apprentissages. Dans Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (5e éd.). Washington DC.

Boutin, G. La dyslexie-dysorthographie chez les élèves du primaire, secondaire et postsecondaire [Webinaire]. Montréal : Institut des troubles d’apprentissage. Récupéré de la
Formation sur la dyslexie-dysorthographie

Chapleau, N., Laplante, L. et Brodeur, M. (2014). Enseigner la morphologie dérivationnelle pour apprendre l’orthographe lexicale. Québec français, (171), 83–84. Récupéré de
Erudit.org

Équipe de recherche ADEL. (2016). Outils pédagogiques Dans Apprenants en difficulté et littératie. Récupéré de
ADEL

Fortin, A. (s.d.). Méthode de production et de correction de textes avec les outils technologiques [Webinaire]. Montréal : Institut des troubles d’apprentissage. Récupéré de la
Formation sur la méthode de production et de correction de textes avec les outils technologiques

Latulippe, M. et Poulin, P. (2020). Non aux étiquettes ! Dominique et compagnie.

Royer, É. (2015). Persévérance. École et comportement.

Pressley, M. (2002). Metacognition and self-regulated comprehension. What research has to say about reading instruction, 3, 291-309. Récupéré de
Literacylearning.net

Shanahan, T., et Shanahan, C. (2008). Teaching disciplinary literacy to adolescents : Rethinking content-area literacy. Harvard educational review, 78(1), 40-59. Récupéré de
Dpi.wi.gov

YCDC. (2017). What parents can do. Dans The Yale center for dyslexia and creativity. Récupéré de
Dyslexia.yale.edu

Abonnez-vous à notre infolettre pour rester à l’affût de nos dernières nouvelles!