Qu’est-ce que la dyslexie?

Ou trouble spécifique des apprentissages avec déficit de la lecture

Dyslexie, ou trouble spécifique de la lecture, est un terme qui renvoie à la présence de difficultés dans l’acquisition de cette habileté. Ce trouble apparaît dès les premiers moments de l’apprentissage de la lecture, lorsqu’on enseigne à l’enfant à saisir et à traduire les graphies, les phonèmes et les sons des lettres, en somme à décoder les mots.

Définition

D’une façon générale, la dyslexie est définie comme un trouble de l’identification des mots écrits. Cette difficulté de lecture provient d’une atteinte constitutionnelle touchant les mécanismes du cerveau ; ses causes sont donc d’origine neurologique et génétique.

La dyslexie n’est pas une maladie ; elle est un symptôme, c’est-à-dire la manifestation d’un trouble de la fonction du langage écrit. Ce symptôme présente des facettes multiples, qui évoluent en fonction de l’âge, de l’intensité du trouble et des circonstances de la vie de chacun. Dans la dyslexie interviennent des facteurs biologiques, neurologiques, psychologiques, organisationnels et linguistiques.

Les types de dyslexie

La dyslexie phonologique

Elle est causée par des déficits dans l’acquisition des correspondances graphèmes (lettres), phonèmes (sons) et dans la mémoire auditive à court terme ou mémoire de travail phonologique. Elle est présente dans 67 % des dyslexies.

Les personnes atteintes de ce type de dyslexie lisent davantage « par les yeux ». On les appelle les « devineurs » : devant un mot inconnu, elles utilisent souvent les premières syllabes pour présumer du mot entier ; elles commettent aussi beaucoup d’erreurs de décodage sans interrompre leur lecture, même si le sens de la phrase n’est pas respecté.

Ce type de dyslexie entraîne, lors de la lecture :

– des confusions de sons (guvette pour cuvette) ;
– une inversion de l’ordre des lettres (clame pour calme) ;
– des difficultés de segmentation lexicale ;
– des difficultés particulières à lire les mots rares.

La dyslexie lexicale

Elle est causée par des déficits dans l’acquisition des correspondances graphèmes (lettres), phonèmes (sons) et dans la mémoire auditive à court terme ou mémoire de travail phonologique. Elle est présente dans 10 % des dyslexies.

Les personnes atteintes de ce type de dyslexie lisent principalement « par les oreilles » : elles utilisent de façon prépondérante la voie phonologique. Comme leur lecture est très lente et qu’elles investissent beaucoup d’énergie dans le décodage, elles perdent le sens de ce qu’elles viennent de lire.

Ce type de dyslexie entraîne, lors de la lecture :

– un décodage purement phonologique (par syllabe) ;
– une écriture au son ;
– une lecture lente des mots, surtout des mots nouveaux et des mots irréguliers (monsieur, écho, chœur, pied) ;
– des erreurs de régularisation (mer devient mère, maire, ou le mot est écrit de façon différente chaque fois).

La dyslexie mixte

Elle est présente dans 23 % des dyslexies. Les difficultés de lecture affectent les plans lexical et phonologique.

L’alexie

On la trouve surtout chez les adultes à la suite d’un accident vasculaire cérébral.

En somme, la dyslexie et l’alexie sont des troubles de nature constitutionnelle ou génétique et neurologique qui entravent de façon significative l’apprentissage de la lecture, en dépit d’une intelligence normale et d’une scolarité adéquate.

Ces troubles handicapent à des degrés divers (ils peuvent être légers, modérés ou sévères) l’apprentissage des langues dont les règles orthographiques sont complexes et dans lesquelles il y a plusieurs graphies différentes pour un même son, tels le français et l’anglais. Ces langues sont également composées de plusieurs mots irréguliers, pour lesquels le recours à la seule lecture phonologique ne peut permettre l’accès au sens. Elles s’opposent en cela à l’espagnol ou à l’italien, par exemple, qui sont des langues plus « transparentes » : chaque lettre n’y correspond qu’à un seul son, d’où le nombre réduit de mots irréguliers.

Prévalence de la dyslexie

Les troubles spécifiques d’apprentissage, en particulier la dyslexie, ont été étudiés principalement dans les pays anglophones. Selon des recherches menées aux États-Unis, en Grande- Bretagne et en Nouvelle-Zélande, et qui portaient sur les difficultés d’apprentissage de la lecture chez des anglophones, la prévalence de la dyslexie y variait, selon les études, de 2,3 % à plus de 12 %.
En France, en l’absence de données épidémiologiques fondées sur des cohortes d’enfants de l’envergure des cohortes anglophones, trois études (Sprenger- Charolles et coll., 2000, Zorman et coll., 2004, et Watier et coll., 2006), sur la base de critères différents, ont indiqué une prévalence entre 6 % et 8 %.

Évaluation, diagnostic et rééducation

La dyslexie peut être diagnostiquée par un neuropsychologue, un orthophoniste ou un psychologue. De plus, une évaluation en orthopédagogie sert à dresser un bilan complet de la situation de l’apprenant et d’orienter la prise en charge d’une rééducation.
Vous souhaitez rencontrer un·e professionnel·le concernant ce trouble? Découvrez les services de notre clinique multidisciplinaire!

Les formations de l’Institut TA

FORMATION #57.1

AIDER MON ENFANT À LIRE ET À ÉCRIRE AVEC LES TECHNOLOGIES

Objectif : Aider des enfants en difficulté à apprendre à lire et à écrire en utilisant les technologies

FORMATION #73.1

DYSLEXIE ET DYSORTHOGRAPHIE CHEZ LES ÉLÈVES

Objectif : Favoriser l’apprentissage et la réussite des élèves présentant une dyslexie-dysorthographie

DÉCOUVREZ TOUTES NOS FORMATIONS

Intéressé·e par une autre thématique?

Consultez toutes nos formations disponibles, pour parents ou intervenants, en présentiel, webinaire ou vidéo

Abonnez-vous à notre infolettre mensuelle pour rester à l’affût de nos dernières nouvelles!