fbpx

Astuce pour jeunes adultes
« Comment notre cerveau apprend ? »

On passe du temps à apprendre comment fonctionne un ordinateur, un téléphone, un logiciel, mais jamais personne ne nous apprend comment fonctionne notre cerveau, pourtant c’est la base pour bien apprendre.

En effet, il y a bien un lien entre le fonctionnement du cerveau et les méthodes d’apprentissage. il y a beaucoup de choses que nous ne savons pas encore sur le cerveau mais il y a aussi beaucoup de mythes à son sujet. Alors voyons pour commencer quelques faits issus des neurosciences.

1. Le cerveau ne fait pas qu’enregistrer de l’information

Ce n’est pas une machine qui mémorise à tout va, il efface aussi!

Vous avez tous fait l’expérience lors de laquelle on vous présente quelqu’un et dans la minute qui suit vous avez oublié son prénom… pourtant ce n’est pas une information difficile à comprendre. Alors pourquoi? parce que le cerveau il a tendance à effacer rapidement des informations quand il juge qu’elles ne sont pas pertinentes pour un futur proche. Si on vous avait dit, “je vais te présenter quelqu’un qui pourrait être utile pour ton travail, pour ta carrière” et bien on envoie un message d’utilité qui fait que le cerveau va à coup sûr enregistrer le prénom qui va suivre.

Ma recommandation

Si parfois vous ne comprenez pas pourquoi on vous enseigne quelque chose en particulier, n’hésitez pas à poser la question à votre enseignant. Demandez-lui comment ça pourrait vous être utile au quotidien. De cette façon, il y a plus de chance que votre cerveau enregistre l’information plutôt qu’il l’efface.

2. Le cerveau n’est pas multitâche

Nous sommes sursollicités dans notre quotidien on se met souvent en double tâche mais notre cerveau lui il n’est pas multitâche. Être multitâche cela signifie faire 2 choses strictement en même temps : ce qui n’est pas possible sauf si une des deux tâches est automatisée (je rentre en voiture chez moi, je conduis et je peux suivre une conversation avec un passager, par contre si je suis dans une grande ville dans laquelle je dois me diriger pour la première fois et sans gps, pourrez-vous encore discuter avec votre passager? Je ne crois pas, bien souvent on va interrompre notre conversation ou même parfois baisser le son de la radio pour mieux se concentrer).

Donc, pour des tâches difficiles ou non automatiques, le cerveau travaille en alternance des tâches.

Ma recommandation

Ma recommandation : faites du monotâche, votre cerveau est fait pour ça! une étape à la fois, n’essayez pas de tout faire en même temps car il est certain que vous ne travaillerez pas de manière optimale, respectez les limites de votre cerveau.

3. Le cerveau se reconfigure sans cesse

On n’apprend pas en stockant de l’information mais en modifiant nos connexions, nos circuits. Le cerveau est continuellement en mouvance. Avant, on pensait que le cerveau ne changeait plus à partir de l’âge de 25 ans. Maintenant, on sait que notre cerveau reconfigure notre architecture interne, il s’adapte en fonction de l’environnement et des réseaux se font et se défont : c’est la plasticité cérébrale. 

Il y a une analogie bien connue qui explique que le réseau neuronal c’est un peu comme un chemin de randonné : plus il est fréquenté plus il se creuse et plus il devient stable malgré les pluies, par contre un chemin à peine emprunté, à peine construit il peut être effacé comme 2 neurones qui se déconnectent. Quand on apprend, les messages passent d’un neurone à l’autre. Plus les messages passent d’un même neurone à un autre, plus les connexions seront fortes entre ces neurones. Dans le cerveau, on crée des sentiers de communication entre les neurones. Ces sentiers deviennent de plus en plus efficaces et mènent à l’automatisation des processus liés à une certaine tâche et donc à la résolution plus facile de certains problèmes.

Ma recommandation

Comme vous ne pouvez plus vous servir du mythe du fatalisme comme “je suis nul en mathématique c’est comme ça, je n’y peux rien” et que vous ne pouvez plus douter de votre progression car vous avez maintenant la preuve que votre cerveau peut vous suivre. Alors, à la place, répétez-vous “mon cerveau est capable de s’adapter”.

Alors maintenant, voyons les facteurs qui favorisent l’apprentissage issus des données scientifiques en neurosciences.

1. Solliciter plusieurs de ses sens maximise l’efficacité des apprentissages

Plus le cortex cérébral est activé, plus on favorise l’intégration d’information en mémoire. Alors :

  • Utilisez le canal auditif (parlez-vous à haute voix ou dans votre tête, écoutez un enregistrement ou quelqu’un parler…)
  • Utilisez le canal visuel (essayez de mettre en images une leçon, soulignez ou surlignez de différentes couleurs, utilisez la cartographie mentale, le carnet de note, regardez un documentaire…)
  • Utilisez le canal kinesthésique (mimer, bouger, utiliser la méthode des locis ou mémoire de lieux…)

2. Ressentir des émotions est vitale pour l’apprentissage

L’émotion et la cognition sont étroitement liées. Les neuroscientifiques ont démontré qu’on apprend mieux quand on est joyeux et détendu. Les émotions agréables rendent le processus de connexions neuronales plus efficace.

Au contraire, bien sûr les émotions désagréables (comme le stress, la peur, l’anxiété) peuvent rendre les apprentissages très difficiles. Quand on est stressé, le cerveau est programmé pour sécréter des hormones qui changent la manière dont on pense, dont on ressent les choses, dont on se comporte ; il devient donc difficile de penser avec clairvoyance et aucun apprentissage ne s’enclenche dans le stress ou la peur. Alors il est important de toujours surveiller son état émotionnel et d’apprendre à la réguler dans les période d’examen (par exemple en apprenant des techniques de relaxation et de détente)

3. Étudier à plusieurs stimule l’apprentissage

Le cerveau est stimulé quand nous interagissons avec les autres et la motivation augmente. Un élève motivé est un élève attentif, qui sera alors plus enclin à des processus d’apprentissage efficaces et se souviendra plus longtemps de ce qu’il aura appris. Travailler à plusieurs est très bénéfique du moment que c’est dans une perspective coopérative et non compétitive ou individualiste.

4. Faire des pauses est fondamental pour un bon apprentissage

Parfois, nous sous-estimons l’importance des pauses et du repos lors de l’apprentissage. Pourtant, les pauses sont étroitement liées aux processus impliqués dans l’apprentissage, comme la mémoire, l’attention et la motivation. Essayez de vous y prendre tôt par exemple pour un travail à rendre, de cette façon vous pourrez planifier plus de pauses, ce sera plus efficace que de travailler 8h d’affilé à la dernière minute sans pause.

À retenir

J’espère que maintenant que vous en savez mieux sur le fonctionnement de votre cerveau, vous allez pouvoir mettre en place de bonnes stratégies d’apprentissage.

Pour aller plus loin

À consulter

 

Nos partenaires

 

Abonnez-vous à notre infolettre pour rester à l’affût de nos dernières nouvelles!