fbpx

Astuces pour intervenants
Niveau 1 du modèle de réponse à l’intervention (RAI)

Connaissez-vous le modèle de réponse à l’intervention (autrement nommé RAI)? Vous êtes-vous déjà demandé à quoi correspond le premier niveau d’intervention selon ce modèle?

Le modèle RAI donne un cadre pour répondre efficacement aux besoins de tous les élèves, en particulier ceux qui ont un trouble d’apprentissage ou qui sont considérés à risque. Il peut être utilisé autant pour les apprentissages que pour les comportements.

QU’EST-CE QUE LE NIVEAU 1 DU MODÈLE DE RÉPONSE À L’INTERVENTION ?

Le niveau 1 fait référence au bas de la pyramide du modèle RAI.

Le niveau 1 regroupe les stratégies dites “universelles”. C’est-à-dire les interventions qui, selon les recherches, sont les plus efficaces pour favoriser la progression des apprentissages chez TOUS les élèves. Voilà qui leur permet de recevoir un enseignement de haute qualité, basé sur des données probantes par des enseignants qualifiés.

Les enseignants devraient avoir des relations positives et stimulantes avec TOUS les élèves. C’est important pour l’engagement, la persévérance et la réussite scolaire.

QUELLES STRATÉGIES PUIS-JE UTILISER AU NIVEAU 1?

Au niveau 1, on va proposer des pratiques basées sur les données probantes pour s’assurer que l’enseignement est efficace et répond aux besoins de la plupart des élèves (80 à 90%). Les pratiques basées sur les données probantes réfèrent aux stratégies pédagogiques qui ont été testées en classe et prouvées efficaces par la recherche.

Si moins de 80 % des élèves progressent dans leurs apprentissages, cela remet en question la pertinence des stratégies pédagogiques utilisées.

Voici 5 exemples de stratégies basées sur les données probantes :

1. L’évaluation formative

Ce sont des évaluations qui peuvent avoir lieu soit au début de l’enseignement, soit au cours de l’apprentissage. Les enseignants devraient utiliser les “évaluations au service de l’apprentissage” pour planifier leur enseignement. cela peut inclure : des observations, des discussions avec les élèves, des auto-évaluations et les portfolios d’apprentissage.

2. Questionnements

C’est un élément crucial d’une bonne pratique pédagogique. Les enseignants peuvent utiliser des techniques de questionnements pour assurer la compréhension des élèves et pour vérifier leur niveau de compréhension (par exemple, compréhension superficielle versus en profondeur).

3. Rétroaction corrective

L’une des façons dont les élèves apprennent est de recevoir des commentaires sur leurs performances. Le fait de donner des commentaires spécifiques aux élèves les aide non seulement à corriger leurs erreurs, mais garantit également que les élèves prennent conscience de leurs erreurs afin qu’ils ne les reproduisent plus à l’avenir.

4. Révisions

Une révision mensuelle, hebdomadaire ou même quotidienne de ce qui a été enseigné est importante pour aider les élèves à consolider leurs apprentissages.

5. L’enseignement explicite

Cela consiste en une séquence pédagogique structurée de modélisation, de pratique guidée et de pratique autonome. Il s’agit d’une stratégie polyvalente qui peut être utilisée à tous les niveaux du modèle RAI. Pour plus d’informations sur cette stratégie, n’hésitez pas à consulter notre capsule vidéo intitulée “réponse à l’intervention (RAI) : Niveau 2”.

Toutes ces stratégies sont efficaces même auprès de ceux qui éprouvent des troubles d’apprentissage.

COMMENT PUIS-JE RÉPONDRE AUX DIVERS BESOINS D’APPRENTISSAGE DE MES ÉLÈVES AU NIVEAU 1?

Les classes inclusives ont tendance à être incroyablement diversifiées en termes de compétences académiques, de capacités linguistiques et de connaissances de base des élèves. Ainsi, il peut être difficile de planifier l’enseignement pour un groupe si diversifié. Nous allons donc voir deux pratiques fondées sur des données issues de la recherche qui répondent aux besoins de tous les élèves et qui sont au cœur d’une intervention efficace de niveau 1.

1. La conception universelle de l’apprentissage (CUA)

C’est un cadre qui guide le développement des situations d’apprentissage et d’évaluation. La CUA incite à réfléchir, dès le départ, aux défis et aux obstacles liés à l’apprentissage.

La CUA influence les objectifs, les méthodes, les évaluations ainsi que le matériel utilisé. On prévient plutôt que d’essayer de modifier une leçon après coup.

Cela signifie que les enseignants lorsqu’ils planifient et conceptualisent leurs leçons doivent tenir compte du pourquoi, du quoi et du comment ils vont mettre en place un apprentissage.

2. L’enseignement différencié

C’est le principe de la planification de l’enseignement en fonction des connaissances de l’apprenant.
Voici 5 stratégies de différenciation pédagogique efficaces au niveau 1 :

• Offrez un choix : cela garantit que tous les élèves sont engagés;
• Commencez au niveau de l’élève : cela permet de donner un enseignement ni trop facile ni trop difficile mais bien dans la zone proximale de développement de l’élève (à savoir la distance entre ce que l’enfant peut effectuer ou apprendre seul et ce qu’il peut apprendre uniquement avec l’aide d’une personne plus experte);
• Formez des groupes flexibles et hétérogènes (basés par exemple sur les capacités ou les intérêts…);
• Fournissez une variété de formats de réponse pour vous assurer que TOUS les élèves peuvent répondre (par exemple : oralement, par écrit ou en utilisant la technologie comme les multimédia);
• Utilisez des textes à plusieurs niveaux. Fournissez des textes sur le même sujet mais avec différents niveaux de lecture pour vous assurer que tous les élèves peuvent accéder au programme.

QUE FAIRE AVEC LES ÉLÈVES EN DIFFICULTÉ ?

Selon le modèle de réponse à l’intervention, tous les élèves sont évalués 3 fois par an (automne, hiver et printemps) lors du “dépistage universel” pour établir une base de référence académique et comportementale et pour identifier les élèves qui éprouvent des difficultés et ont besoin d’un soutien supplémentaire.

Les élèves identifiés comme étant à risque sont suivis de près à l’aide d’un système de monitorage des progrès validé tel que des trousses de dépistage continu axées sur le curriculum pendant un maximum de 8 semaines. À la fin de cette période, les élèves qui ne montrent pas de progrès passeraient au niveau 2 du modèle RAI pour recevoir un enseignement plus intensif dans le domaine qui correspond à ses besoins.

À retenir

Les stratégies d’intervention de niveau 1 représentent des leviers incontournables pour favoriser un enseignement de haute qualité, fondé sur les données probantes, qui s’adresse à tous les élèves. Le modèle RAI implique un dépistage universel au cours de l’année ainsi qu’un suivi des progrès pour les élèves à risque.

Si vous voulez en savoir plus sur le modèle RAI de manière générale, n’hésitez pas à consulter notre capsule Leviers d’efficacité : le modèle RAI, ou bien nos autres capsules concernant l’implantation du niveau 2 et niveau 3 du modèle.

Connaissez-vous le modèle de réponse à l’intervention (autrement nommé RAI)? Vous êtes-vous déjà demandé à quoi correspond le premier niveau d’intervention selon ce modèle?

Le modèle RAI donne un cadre pour répondre efficacement aux besoins de tous les élèves, en particulier ceux qui ont un trouble d’apprentissage ou qui sont considérés à risque. Il peut être utilisé autant pour les apprentissages que pour les comportements.

QU’EST-CE QUE LE NIVEAU 1 DU MODÈLE DE RÉPONSE À L’INTERVENTION ?

Le niveau 1 fait référence au bas de la pyramide du modèle RAI.

Le niveau 1 regroupe les stratégies dites “universelles”. C’est-à-dire les interventions qui, selon les recherches, sont les plus efficaces pour favoriser la progression des apprentissages chez TOUS les élèves. Voilà qui leur permet de recevoir un enseignement de haute qualité, basé sur des données probantes par des enseignants qualifiés.

Les enseignants devraient avoir des relations positives et stimulantes avec TOUS les élèves. C’est important pour l’engagement, la persévérance et la réussite scolaire.

QUELLES STRATÉGIES PUIS-JE UTILISER AU NIVEAU 1?

Au niveau 1, on va proposer des pratiques basées sur les données probantes pour s’assurer que l’enseignement est efficace et répond aux besoins de la plupart des élèves (80 à 90%). Les pratiques basées sur les données probantes réfèrent aux stratégies pédagogiques qui ont été testées en classe et prouvées efficaces par la recherche.

Si moins de 80 % des élèves progressent dans leurs apprentissages, cela remet en question la pertinence des stratégies pédagogiques utilisées.

Voici 5 exemples de stratégies basées sur les données probantes :

1. L’évaluation formative

Ce sont des évaluations qui peuvent avoir lieu soit au début de l’enseignement, soit au cours de l’apprentissage. Les enseignants devraient utiliser les “évaluations au service de l’apprentissage” pour planifier leur enseignement. cela peut inclure : des observations, des discussions avec les élèves, des auto-évaluations et les portfolios d’apprentissage.

2. Questionnements

C’est un élément crucial d’une bonne pratique pédagogique. Les enseignants peuvent utiliser des techniques de questionnements pour assurer la compréhension des élèves et pour vérifier leur niveau de compréhension (par exemple, compréhension superficielle versus en profondeur).

3. Rétroaction corrective

L’une des façons dont les élèves apprennent est de recevoir des commentaires sur leurs performances. Le fait de donner des commentaires spécifiques aux élèves les aide non seulement à corriger leurs erreurs, mais garantit également que les élèves prennent conscience de leurs erreurs afin qu’ils ne les reproduisent plus à l’avenir.

4. Révisions

Une révision mensuelle, hebdomadaire ou même quotidienne de ce qui a été enseigné est importante pour aider les élèves à consolider leurs apprentissages.

5. L’enseignement explicite

Cela consiste en une séquence pédagogique structurée de modélisation, de pratique guidée et de pratique autonome. Il s’agit d’une stratégie polyvalente qui peut être utilisée à tous les niveaux du modèle RAI. Pour plus d’informations sur cette stratégie, n’hésitez pas à consulter notre capsule vidéo intitulée “réponse à l’intervention (RAI) : Niveau 2”.

Toutes ces stratégies sont efficaces même auprès de ceux qui éprouvent des troubles d’apprentissage.

COMMENT PUIS-JE RÉPONDRE AUX DIVERS BESOINS D’APPRENTISSAGE DE MES ÉLÈVES AU NIVEAU 1?

Les classes inclusives ont tendance à être incroyablement diversifiées en termes de compétences académiques, de capacités linguistiques et de connaissances de base des élèves. Ainsi, il peut être difficile de planifier l’enseignement pour un groupe si diversifié. Nous allons donc voir deux pratiques fondées sur des données issues de la recherche qui répondent aux besoins de tous les élèves et qui sont au cœur d’une intervention efficace de niveau 1.

1. La conception universelle de l’apprentissage (CUA)

C’est un cadre qui guide le développement des situations d’apprentissage et d’évaluation. La CUA incite à réfléchir, dès le départ, aux défis et aux obstacles liés à l’apprentissage.

La CUA influence les objectifs, les méthodes, les évaluations ainsi que le matériel utilisé. On prévient plutôt que d’essayer de modifier une leçon après coup.

Cela signifie que les enseignants lorsqu’ils planifient et conceptualisent leurs leçons doivent tenir compte du pourquoi, du quoi et du comment ils vont mettre en place un apprentissage.

2. L’enseignement différencié

C’est le principe de la planification de l’enseignement en fonction des connaissances de l’apprenant.
Voici 5 stratégies de différenciation pédagogique efficaces au niveau 1 :

• Offrez un choix : cela garantit que tous les élèves sont engagés;
• Commencez au niveau de l’élève : cela permet de donner un enseignement ni trop facile ni trop difficile mais bien dans la zone proximale de développement de l’élève (à savoir la distance entre ce que l’enfant peut effectuer ou apprendre seul et ce qu’il peut apprendre uniquement avec l’aide d’une personne plus experte);
• Formez des groupes flexibles et hétérogènes (basés par exemple sur les capacités ou les intérêts…);
• Fournissez une variété de formats de réponse pour vous assurer que TOUS les élèves peuvent répondre (par exemple : oralement, par écrit ou en utilisant la technologie comme les multimédia);
• Utilisez des textes à plusieurs niveaux. Fournissez des textes sur le même sujet mais avec différents niveaux de lecture pour vous assurer que tous les élèves peuvent accéder au programme.

QUE FAIRE AVEC LES ÉLÈVES EN DIFFICULTÉ ?

Selon le modèle de réponse à l’intervention, tous les élèves sont évalués 3 fois par an (automne, hiver et printemps) lors du “dépistage universel” pour établir une base de référence académique et comportementale et pour identifier les élèves qui éprouvent des difficultés et ont besoin d’un soutien supplémentaire.

Les élèves identifiés comme étant à risque sont suivis de près à l’aide d’un système de monitorage des progrès validé tel que des trousses de dépistage continu axées sur le curriculum pendant un maximum de 8 semaines. À la fin de cette période, les élèves qui ne montrent pas de progrès passeraient au niveau 2 du modèle RAI pour recevoir un enseignement plus intensif dans le domaine qui correspond à ses besoins.

À retenir

Les stratégies d’intervention de niveau 1 représentent des leviers incontournables pour favoriser un enseignement de haute qualité, fondé sur les données probantes, qui s’adresse à tous les élèves. Le modèle RAI implique un dépistage universel au cours de l’année ainsi qu’un suivi des progrès pour les élèves à risque.

Si vous voulez en savoir plus sur le modèle RAI de manière générale, n’hésitez pas à consulter notre capsule Leviers d’efficacité : le modèle RAI, ou bien nos autres capsules concernant l’implantation du niveau 2 et niveau 3 du modèle.

Pour aller plus loin

À consulter

Notre partenaire

Abonnez-vous à notre infolettre pour rester à l’affût de nos dernières nouvelles!