fbpx

Trouble du langage
Mon enfant est difficilement compris

« Les hurlements de Maddox sont si perçants que je me précipite au salon »

Les hurlements de Maddox sont si perçants que je me précipite au salon. Joachim et Maddox sont en pleine chicane et je n’arrive pas à comprendre pourquoi. Maddox est si énervé. Il ne prononce qu’une syllabe.
– Mé… mé !
Je me tourne vers Joachim.
– Que se passe-t-il ?
– Sais pas !
Je dois immobiliser Maddox en le tenant par les bras. Je l’oblige à me regarder. De grosses larmes coulent sur ses joues.
– Dis-moi doucement, calmement ce que tu veux !
– Mé… mé !

– Joachim, éteins la télévision, s’il te plaît. Je veux comprendre ce que dit ton frère.
Joachim obéit, et les cris de Maddox redoublent. Il est si fâché qu’il tape du pied.
– Mé… Mé !
Je suis désemparé. Je ne le comprends pas, et Joachim semble aussi perplexe que moi !
Tout à coup, Maddox s’empare de la télécommande, rallume la télé… en criant :
– Mé… Mé !
C’est là que je saisis enfin. Il veut regarder un dessin animé… Le fameux mé, c’est la dernière syllabe !

Mes alliés!

Les familles comme celles de Maddox ne sont pas seules et elles peuvent compter sur le soutien de nombreux alliés.

• Intervenants du milieu scolaire et de garde

Le corps enseignant et l’équipe du milieu de garde représentent des alliés importants. N’hésitez pas à les contacter pour avoir un portrait de ses forces et de ses défis. Ils sauront vous outiller pour maximiser ses progrès à l’école ou à la garderie comme à la maison. La communication entre le parent et ces intervenants et intervenantes est primordiale pour arrimer les stratégies utilisées à l’école ou à la garderie ET à la maison.

• Professionnels

L’orthophoniste est le ou la professionnelle pouvant poser une conclusion de trouble développemental du langage (TDL) ou de trouble du langage associé à un diagnostic médical (conjointement à un autre professionnel de la santé).

L’orthopédagogue accompagnera votre enfant dans son cheminement scolaire. Il l’aidera à mieux s’organiser et à mieux se concentrer en l’amenant à adopter des stratégies d’apprentissage.

Mon plan de match

Pour aider votre enfant qui est difficilement compris par son entourage, nous vous proposons ci-dessous des stratégies concrètes qui l’amèneront à mieux prononcer et à améliorer la formulation de ses phrases. Vous trouverez les 5 erreurs à éviter quand vous communiquez avec votre enfant, de même que plusieurs astuces pouvant être mises en pratique au quotidien pour l’aider à se faire comprendre.

Nous vous expliquerons aussi comment réagir quand vous ne comprenez pas ce que vous dit votre enfant malgré toutes les stratégies mises en place.
Vous retrouverez toutes ces informations dans le guide pratique.

Dans la section Pour en savoir +, vous trouverez aussi des liens vers trois capsules vidéo qui vous montrent concrètement :
• comment aider votre enfant à s’exprimer plus clairement ;
• comment l’amener à raconter sa journée ;
• comment stimuler le langage de votre enfant en encourageant ses demandes.

→ Consultez le guide pratique [PDF]

« Joachim est si énervé qu’il ne parvient pas à faire une phrase complète »

– Papa ! Riz… me crie Joachim en arrivant avec un verre d’eau au salon. Il est si énervé qu’il ne parvient pas à faire une phrase complète.
– Oui, on mange du riz pour le souper. Répète après moi… On mange du riz pour le souper.
Mais Joachim s’énerve encore plus et crie à tue-tête en tapant du pied.
– Riz… souper !
– Répète tranquillement, Joachim. On mange du riz pour le souper.
– Non ! hurle-t-il.
Joachim me tire par le bras pour m’obliger à me lever.

– Tu ne veux pas de riz…? dis-je.
Cette fois, il passe derrière moi et me pousse dans le dos. Je comprends qu’il veut que j’aille à la cuisine.
En m’approchant, je sens soudain une odeur de brûlé.
– Riz… souper ! répète mon fils.
Je comprends enfin ce qu’il veut me dire. Je ferme le rond de la cuisinière et je me tourne vers Joachim.
– Répète après moi : Papa, tu as fait brûler le riz du souper.

5 erreurs à éviter quand on communique avec son enfant

Pratiquement tous les parents ont eu du mal à comprendre leur enfant à un moment ou à un autre, en raison d’erreurs dans la prononciation, le choix du vocabulaire ou la formulation des phrases.
Mais comment faire pour amener votre enfant à mieux prononcer, à faire des phrases plus complètes et à se faire comprendre davantage?
Malgré leurs bonnes intentions, plusieurs parents ne s’y prennent pas de la bonne façon. Voici 5 erreurs à éviter quand on communique avec son enfant.

1. Questionner au lieu de commenter
Les adultes posent souvent des questions aux enfants en trop grand nombre : « C’est quoi, ceci ? », « C’est quelle couleur, cela ? » Il est préférable d’exprimer des commentaires sur ce qui entoure votre enfant pour stimuler son langage. Cela peut être appliqué dans la vie de tous les jours, par exemple dans la voiture, à l’heure du bain ou en jouant.

Quand on répond à des questions dans un examen, on n’apprend pas, car on ne fait que démontrer ce qu’on sait déjà. De même, l’enfant n’apprend pas quand on lui pose des questions directes. Qu’il connaisse ou non la réponse, il n’aura pas appris de nouveaux mots. Seuls les commentaires permettent de transmettre de nouvelles informations. Et c’est ce dont les enfants ont besoin pour développer leur langage.

2. Exiger que l’enfant répète correctement
Un enfant à qui l’on demande souvent de répéter perdra le goût de communiquer en raison de situations d’échec répétées. Il préférera demeurer silencieux ou parler moins, plutôt que d’initier la communication et de prendre le risque de se faire reprendre par l’adulte.

Plutôt que de faire répéter votre enfant, VOUS RÉPÉTEZ ! Oui ! Donnez-lui le bon modèle, simplement. Reformulez le mot plus difficilement prononcé, ou la phrase que votre enfant a voulu dire, en mettant l’accent sur le son ou le mot problématique. Par exemple, si l’enfant dit : « Maman, moi veux jus », le parent exprime : « JE veux DU jus ». Vous allez constater que votre enfant bénéficiera de vos modèles, avec le temps et la répétition. Ne vous découragez pas !

Ajoutez un élément nouveau à l’énoncé de votre enfant pour l’amener à allonger et à complexifier ses phrases. Si votre enfant exprime des phrases d’environ 2 mots, tentez de l’amener à produire des énoncés de 3 ou 4 mots. Par exemple, si l’enfant dit : « Regarde l’auto ! », le parent ajoute : « Oui, la belle auto rouge ! »

3. Donner à l’enfant ce qu’il veut tout cuit dans le bec
Les parents sont les experts de leurs enfants. Ce sont généralement ceux qui comprennent le mieux leur enfant et ce qu’il désire. Même si vous devinez ce que votre enfant veut (par exemple quand il regarde un jouet convoité en haut d’une étagère), laissez-lui le temps de faire une demande. N’allez pas au-devant de ses besoins pour acheter la paix, ne lui donnez pas « tout cuit dans le bec » même si vous devinez ce qu’il veut.

Ce conseil paraît simple. Pourtant, il est un des plus difficiles à appliquer pour les parents de jeunes enfants. Si votre enfant n’a pas à pointer, à vocaliser ou à exprimer une phrase pour obtenir ce qu’il veut, il perd des occasions de communiquer avec son entourage.

Organisez plutôt l’environnement pour créer des situations où votre enfant pourra faire des demandes dans le quotidien. Par exemple, mangez devant lui un aliment qu’il aime sans lui en offrir ou servez-lui son bol de crème glacée sans cuillère pour observer de quelle façon il communiquera son mécontentement. Commencez une activité intéressante : jouez jusqu’à ce que l’enfant éprouve du plaisir, arrêtez, puis attendez. Par exemple, faites des bulles de savon, puis fermez le pot fermement avant de le remettre à l’enfant. Attendez qu’il en redemande.

4. Parler trop rapidement
Faites des pauses et parlez plus lentement. Gardez tout de même un débit naturel. Il sera ainsi plus facile pour votre enfant de comprendre ce que vous dites et d’apprendre de nouveaux mots. Il pourra également prendre son tour de parole plus souvent et prendre le temps de répondre.
5. Parler sans se mettre à la hauteur de l’enfant
Pour communiquer avec votre enfant, placez-vous face à lui et attirez son regard vers votre visage. Penchez-vous ou soulevez-le pour qu’il soit à votre hauteur. Il sera ainsi plus facile pour lui de vous regarder. Cette stratégie aidera votre enfant à mieux reprendre les modèles verbaux que vous lui donnerez pour améliorer sa prononciation et développer son vocabulaire.
Que votre enfant s’exprime avec des sons, des gestes, des mots ou des phrases, n’oubliez pas que le plus important, c’est qu’il communique ! Et que la communication avec votre enfant soit plaisante, tant pour vous que pour votre enfant !

Parce que chaque effort compte…

Sans un soutien en orthophonie planifié et spécifique aux besoins de votre enfant, il y a peu de chances que ses habiletés langagières s’améliorent.

Dans le cas où votre enfant est déjà suivi en orthophonie, votre implication à l’extérieur des séances sera des plus importantes. Elle sera même essentielle au succès de la thérapie. C’est un travail d’équipe!

En tant que parent, vous avez un rôle essentiel à jouer dans le cheminement de votre enfant. Renseignez-vous sur ce qui se passe dans sa vie sociale, à la garderie ou à l’école. Restez aussi en contact avec l’équipe de la garderie ou de l’école, tout en poursuivant à la maison les objectifs établis par celle-ci. Sachez aussi aller chercher de l’aide auprès de spécialistes lorsque vous en avez besoin.

« Joachim et moi sommes occupés à faire les devoirs »

Joachim et moi sommes occupés à faire les devoirs pendant que Sandrine coupe des légumes au comptoir. Maddox joue au sol avec ses jouets. Il s’amuse à imiter Sandrine et coupe des légumes de plastique avec son petit couteau jouet.
– illo dé… gado zazo ! bafouille Maddox.
Sandrine lui sourit.
– C’est bien, Maddox. Bravo !
Elle continue de préparer le repas. Je me concentre sur le devoir de français de Joachim.
Je sais que, comme moi, Sandrine n’a rien compris, mais parfois, nous faisons semblant de tout saisir pour éviter que Maddox se fâche et qu’il se sente en situation d’échec.

Maddox se lève et fait le tour de l’îlot de cuisine.
Soudain, les cris de Sandrine me font lever la tête.
– Repose ça tout de suite !
Maddox, le gros couteau à pain à la main, la fixe sans comprendre. Il se met aussitôt à pleurer.
– illo dé… gado zazo ! Gros couteau… explique Joachim.
Sandrine et moi comprenons enfin.
– Un cuchillo grande : un gros couteau !
Maddox a tenté de le dire dans nos deux langues. Et il a compris que Sandrine l’autorisait à se servir du gros couteau lorsqu’elle lui a répondu : « C’est bien, Maddox. Bravo ! »

Comment réagir quand vous ne comprenez pas votre enfant ?

Sans un soutien en orthophonie planifié et spécifique aux besoins de votre enfant, il y a peu de chances que ses habiletés langagières s’améliorent.Les adultes qui passent le plus de temps avec l’enfant le comprennent souvent mieux que les autres, mais cela demeure tout de même variable d’un adulte à l’autre. En général, un enfant de 3 ans devrait être compris tant par les personnes familières que par les inconnus.

Quand les adultes ne comprennent pas du premier coup ce qu’un enfant a voulu exprimer, plusieurs vont lui demander de répéter. D’autres vont faire semblant d’avoir compris pour éviter de frustrer l’enfant ou de nuire à son estime de soi. C’est loin d’être les meilleures solutions.

Voici quelques conseils sur les manières de réagir quand vous ne comprenez pas votre enfant :
• Ne faites jamais semblant d’avoir compris. C’est primordial.
• Verbalisez les éléments partiellement compris. Par exemple : « Tu veux me parler de… » Lui dire que vous n’avez rien compris risquerait de le décourager.
• Proposez-lui un choix de réponses. Par exemple : « Tu veux ceci ou cela ? »
• Posez des questions auxquelles il pourra répondre par oui ou par non. Par exemple : « Est-ce que tu m’as dit…? »
• S’il demeure difficile de comprendre votre enfant verbalement, incitez-le à vous pointer ou à vous montrer dans son environnement ce dont il vous parle. Les gestes pourront compléter les mots difficiles à comprendre.

→ Consultez le guide pratique [PDF]

Réalité partagée

François Gosselin est dysphasique. Même si son parcours scolaire a été semé d’embûches, il est déterminé à terminer son secondaire 5. À 24 ans, il est en secondaire 3 à l’école des adultes, mais ça ne l’empêche pas de s’impliquer activement auprès des personnes vulnérables. Empathique, persévérant et optimiste, François fait partie de l’équipe de Parlons Dysphasie et il a récemment mis sur pied un projet de danse folklorique pour les personnes dysphasiques : Le langage des pieds.
Source

« Joachim parvient maintenant à faire des phrases »

Grâce au soutien continu de son orthophoniste, Joachim parvient maintenant à faire des phrases.
– Bonjour, Marie-Suzanne. Je suis content de te voir ce matin !
Il est tellement fier de lui. Depuis de nombreuses semaines, ma femme et moi suivons attentivement les exercices fournis par l’orthophoniste. Et ça porte ses fruits. Joachim peut former des phrases composées de mots de plusieurs syllabes, de manière spontanée. Pour Maddox, nous avons également revu notre façon de communiquer. Plus question de faire semblant de comprendre. Il utilise aussi les gestes pour appuyer ses demandes.
– locha !

– Montre-moi ce que tu veux Maddox. Il me désigne alors la bouteille de lait et celle de chocolat.
– Tu veux du lait au chocolat, dis-je.
Il me sourit, heureux de voir que j’ai compris. Je répète en détachant les mots.
– Lait… au… chocolat !
– Lait… au… lat !

Pour en savoir plus

Au fil des ans, l’Institut des troubles d’apprentissage a développé de nombreux outils pour assurer l’égalité des chances des personnes qui vivent avec un trouble d’apprentissage, leur permettre de développer pleinement leur potentiel et de contribuer positivement à la société. Voici quelques-unes des ressources sélectionnées pour vous, n’hésitez pas à les consulter.

La vidéo Comment aider mon enfant à s’exprimer plus clairement ? présente des trucs et astuces simples pour aider votre enfant à mieux prononcer les sons et à développer son vocabulaire.

La vidéo Comment amener mon enfant à raconter sa journée ? présente des trucs et astuces simples pour aider votre enfant à développer son discours narratif.

La vidéo Comment stimuler le langage de votre enfant en stimulant les demandes présente des trucs et astuces simples pour stimuler le langage de votre enfant en lui donnant la possibilité de prendre les devants dans la vie quotidienne et d’exprimer des demandes.

D’une durée de 3 heures, le webinaire Développement du langage : Repères développementaux et indices de difficultés vous permettra de reconnaître les signes de difficultés langagières chez les enfants de 0 à 5 ans, d’offrir une stimulation précoce et de vous diriger vers les ressources disponibles advenant des difficultés de langage. Les mythes et réalités au sujet du bilinguisme et du développement langagier chez les enfants allophones sont également abordés, sans oublier les stratégies de stimulation du langage et d’intervention précoce.

→ Découvrir la formation sur le développement du langage : Repères développementaux et indices de difficultés

Pour aller plus loin



Références utiles

Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec (OOAQ)
Référez-vous à l’OOAQ en consultant l’annuaire de ses membres dans le secteur public ou en pratique privée afin de trouver des services en orthophonie dans votre région.

Au-delà des mots : le trouble développemental du langage
(2e édition) – Livre publié aux Éditions du CHU Sainte-Justine (2019).
Ce guide définit les caractéristiques du trouble avec nuance, s’attaque aux mythes qui y sont liés et permet de se préparer au diagnostic. Mettant de l’avant une approche multidisciplinaire, il relève tous les impacts sur le développement de l’enfant et permet de mieux intervenir dans le processus de réadaptation.

Raising Awareness of Developmental Language Disorder (RADLD)
Initiative créée pour sensibiliser la population à l’international au trouble développemental du langage. Ressources expliquant le TDL et ses impacts. (En anglais)

DLD & Me
Initiative ayant pour but de sensibiliser le grand public au TDL et d’offrir du soutien et des ressources aux parents et aux individus concernés. (En anglais)

Naître et grandir
Source d’information fiable et validée scientifiquement, Naître et grandir a pour mission de soutenir quotidiennement les parents du Québec dans leur rôle auprès de leur enfant, dès la conception jusqu’à 8 ans.


Notre précieux partenaire

Abonnez-vous à notre infolettre pour rester à l’affût de nos dernières nouvelles!