fbpx

Trouble du langage
J’ai de la difficulté à accomplir les tâches complexes de la vie quotidienne

« Quelle journée ! »

Quelle journée ! M. Laporte, mon patron, veut remplacer les imprimantes de mon rayon et m’a demandé de placer la commande pour lui. Tantôt, j’ai appelé un fournisseur d’imprimantes, et même si je m’étais préparé pour passer la commande… ça n’a pas été de tout repos !
– C’est bon ! 10 imprimantes monochromes laser… a répété le gars au bout du fil.
– Euh non… 5 laser, 1 couleur laser…
– Donc 6 imprimantes laser couleur…

– Non…
Le gars m’interrompait constamment et je n’arrivais pas à replacer mes idées… ni à formuler correctement ma demande.
Je le sentais s’impatienter et moi, ça me décourageait.
– Envoie-moi tout ça par courriel ! a finalement dit le type de la compagnie d’imprimantes.
Ça me met mal à l’aise de ne pas pouvoir bien m’exprimer. Je vois bien que M. Laporte me fait confiance en me donnant des responsabilités qui sortent un peu de ma description de tâche. Je veux me montrer à la hauteur.

Mes alliés!

Les adultes comme Michaël ne sont pas seuls. Ils peuvent compter sur le soutien de nombreux alliés.

• Intervenants du milieu scolaire

Vous êtes aux études ? Les différents professionnels qui œuvrent dans les milieux scolaires postsecondaires ou destinés aux adultes (cégeps, universités, centres d’éducation pour adultes) représentent des alliés essentiels. N’hésitez pas à vous référer à eux pour toute situation difficile liée à vos apprentissages. Ils sauront vous outiller pour maximiser votre succès scolaire et adapteront leur approche pédagogique en fonction de vos besoins.

Au collégial, il existe de nombreux moyens pour aider toute la communauté étudiante à réussir. Vous pouvez consulter le conseiller en services adaptés. Son rôle est de faire le lien entre l’étudiant et ses enseignants.

À l’université, vous pouvez prendre rendez-vous au Service d’accueil et de soutien aux étudiants en situation de handicap. Les troubles d’apprentissage sont une forme de handicap. Voici des exemples de services adaptés pour les personnes ayant un trouble du langage :
– Soutien scolaire
– Prise de notes
– Prêt d’équipement spécialisé
– Technologies
– Mesures particulières pour la passation des examens, etc.

• Professionnels

L’orthophoniste est le ou la professionnelle pouvant vous aider à amoindrir les impacts fonctionnels de votre trouble du langage dans votre vie sociale, scolaire ou professionnelle. Cette personne peut vous aider à développer des stratégies dans la vie de tous les jours pour rendre la communication plus agréable et fluide, que ce soit à l’oral ou à l’écrit. Cela favorisera votre autonomie. L’orthophoniste ne travaille pas qu’avec les enfants. Ses services s’adressent aussi aux adultes.

Le psychoéducateur peut intervenir auprès de vous pour développer votre estime personnelle, vos habiletés sociales ou encore pour vous aider à vous adapter à un nouvel environnement de travail ou d’apprentissage.

• Proches

Vos proches, incluant votre famille, vos amis, vos collègues ou autres, peuvent être d’un grand soutien dans les épreuves que vous vivez. N’hésitez pas à leur faire part de vos difficultés.

Office des personnes handicapées du Québec (OPHQ)
L’OPHQ est un organisme gouvernemental qui contribue à accroître la participation sociale des personnes handicapées (dans votre cas, un handicap langagier). Il peut vous fournir des informations, de l’accompagnement, vous diriger vers des personnes ressources et plus encore!

Mon plan de match

Tous les jours, nous communiquons dans une multitude de contextes : commander un repas au restaurant, faire un appel, échanger avec nos proches, lire le journal, consulter nos courriels, remplir un formulaire d’achat en ligne, signer des chèques… Autant de contextes qui font appel à la communication.

Dans cette section, nous vous donnons des stratégies pour accomplir les tâches complexes de la vie quotidienne.

D’abord, nous vous proposons des stratégies concrètes pour favoriser votre apprentissage d’une nouvelle activité liée à un objectif.

Dans la section Pour en savoir +, vous trouverez d’ailleurs un lien vers la vidéo « Je me sens dépassé par les tâches complexes ».

Puis, nous vous donnerons des pistes pour aider votre employeur à adapter votre milieu de travail. Le but est de faciliter les tâches nécessitant de communiquer dans un cadre professionnel, et du même coup, de favoriser votre intégration professionnelle.

Vous retrouverez toutes ces informations dans le guide pratique. Vous y trouverez aussi la fiche conseil « Je me sens dépassé par les tâches complexes ». Celle-ci présente quelques interventions pour rendre ces tâches plus faciles à gérer.

→ Consultez le guide pratique [PDF]

« Bientôt, Léanne et moi allons emménager ensemble »

Bientôt, Léanne et moi allons emménager ensemble. Ce sera notre premier appartement.
Comme j’aime la bonne bouffe, je veux apprendre à mieux cuisiner.
– Maman, tu me conseilles quelle recette de sauce à spaghetti ?
Ma mère me montre ses secrets de cheffe, mais je veux aussi faire des recettes inédites. Donc, je fouille sur le Web pour trouver comment épater ma copine par mes talents de cuistot.
– Oh là là! C’est compliqué, il faut commencer la veille ! je m’exclame en découvrant une recette dont la photo m’a attiré.

Je poursuis mes recherches et vais consulter une nouvelle recette tout aussi complexe.
– C’est quoi, ça, du beurre pommade ?
Et une darne de saumon ? J’ai jamais entendu parler de ça !
Je clique sur une nouvelle recette et referme l’onglet, découragé. Pourquoi tout le vocabulaire de cuisine est-il si compliqué ?

3 stratégies pour vous approprier une tâche complexe

Certaines tâches de la vie quotidienne sont plus complexes et peuvent vous apparaître comme des défis insurmontables, surtout quand il s’agit d’une nouvelle activité.

Voici 3 stratégies pour favoriser votre apprentissage dans un tel contexte.

• Familiarisez-vous avec le lexique/vocabulaire relié à votre nouvelle activité et faites-en une liste de type aide-mémoire.
Par exemple, si vous vous lancez dans la confection de pâtisseries, dressez la liste des outils que vous aurez à utiliser, ou encore des verbes d’action qui reviennent souvent dans ce type de recettes (ex. : pétrir). Utilisez des éléments visuels, comme des photos, pour faciliter vos apprentissages.

• Divisez votre objectif personnel en plus petites étapes ou échelons successifs.
Par exemple, si vous aspirez à maîtriser l’art culinaire sous différentes formes, commencez par des recettes simples avec peu d’étapes et des ingrédients connus. Puis, peu à peu, essayez des recettes plus complexes. C’est une bonne façon de garder votre motivation et de vivre des succès.

• Dans une situation d’incompréhension, arrêtez-vous pour voir comment vous pourriez obtenir des clarifications.
Y a-t-il quelqu’un dans votre entourage à qui vous pouvez demander un coup de pouce ? Devant un groupe de personnes, exprimer son incompréhension peut être gênant. En classe, vous pouvez convenir à l’avance avec l’enseignant d’un signal non verbal à utiliser en cas d’incompréhension. L’enseignant saura alors qu’il faut reformuler ou clarifier ses propos. Vous pouvez aussi demander à le rencontrer en privé à la pause ou à la fin d’un cours.

Parce que chaque effort compte…

Il y a des facteurs de protection qui permettent d’atténuer les symptômes et sur lesquels vous pouvez intervenir. Voici des exemples.

– La poursuite d’un suivi en orthophonie : cela peut toujours être bénéfique, même à l’âge adulte, si les ressources sont disponibles.
– La communication ouverte avec les proches, l’employeur, les collègues, les intervenants dans votre milieu scolaire et les autres acteurs gravitant autour de vous.
– L’accompagnement offert par des organismes tels que l’Office des personnes handicapées du Québec (OPHQ) ou l’Institut des troubles d’apprentissage (ITA).

« J’aime que les choses soient bien faites, surtout dans mon travail »

J’aime que les choses soient bien faites, surtout dans mon travail.
– Tu te mets beaucoup de pression sur les épaules ! me dit Léanne.
– Je sais que j’ai des difficultés et que je vivrai toujours avec mon trouble du langage… mais je ne veux pas que mon patron ait quelque chose à me reprocher.
– Je sais !
– J’aime pas quand je me trompe. Pour mon collègue Amir, c’est si facile. Tiens, ce soir, alors que je plaçais des présentoirs dans les frigos, une cliente m’a posé une question sur un produit.

– Amir, Amir ! ai-je appelé. Mais mon collègue n’était pas disponible.
– Je vous renseigne tout de suite, ai-je dit à la dame, en tentant de chercher l’information dans notre système informatique.
Et plus je cherchais, moins je trouvais. Je n’ai pas compris ce que la dame voulait exactement, donc, je n’ai pas cherché le bon produit.
Puis, Amir est arrivé. En quelques mots, la dame lui a répété ce qu’elle m’avait dit. Il n’a même pas eu besoin de fouiller dans le système informatique. En moins d’une minute, il lui a donné l’information exacte.
– Ça arrive à tout le monde de se tromper ! m’encourage Léanne.
– C’est vrai ! Mais à moi, ça arrive plus souvent qu’à d’autres. J’aimerais savoir comment faire pour avoir moins d’embûches sur ma route !

Pistes d’actions pour aider votre employeur à favoriser votre intégration

Voulez-vous aider votre employeur à adapter votre milieu de travail de façon à faciliter les tâches faisant appel à la communication ? Il existe des façons simples de favoriser votre intégration professionnelle.

Parlez de votre trouble de langage à votre employeur

Informez-le de votre condition. Ainsi, il sera plus facile pour lui d’ajuster ses exigences. Peut-être craignez-vous les jugements ou la marginalisation en annonçant d’emblée votre trouble du langage à votre entourage. Sachez que le jugement des autres découle souvent de la méconnaissance.
Pour limiter les désagréments dans votre vie professionnelle, nous vous encourageons à demander un entretien en privé avec votre employeur pour lui parler de votre trouble du langage, de votre parcours. Dans le guide pratique, vous trouverez des stratégies pour sensibiliser votre entourage au trouble du langage. Allez au-devant : n’attendez pas d’être en difficulté.

Informez votre employeur à propos des stratégies aidantes pour vous

À l’âge adulte, vous savez probablement ce qui vous aide, surtout si vous avez eu un suivi en orthophonie. Par exemple :
– Quand on utilise des phrases courtes et simples.
– Quand on ajoute des gestes naturels aux paroles.
– Quand on démontre visuellement les consignes et les explications.
– Quand on vous laisse du temps pour poser des questions et valider votre compréhension du message.
– Quand on ralentit le débit de parole.

Informez vos nouveaux interlocuteurs (client, collègue) des stratégies à utiliser pour vous aider

Par exemple : « J’ai un trouble du langage. Ça m’aide quand on ne parle pas trop vite. » Si votre interlocuteur s’étonne que vous consultiez en orthophonie et ne remarque pas vos difficultés, parlez-en. Donnez des exemples concrets : décrivez des situations où la communication est difficile pour vous. Racontez votre parcours. Les gens comprennent souvent davantage avec des exemples. Ils retiennent bien les histoires.

Faites appel à des professionnels compétents

Par exemple, rencontrez un ou une orthophoniste ou des intervenants de l’OPHQ, pour bénéficier de services d’accompagnement pouvant favoriser votre intégration professionnelle.

Enfin, répétez la lecture du même texte plusieurs fois. Ainsi, vous vous imprégnez de la structure, du sujet, vous portez attention à d’autres détails dans les illustrations et vous précisez votre compréhension d’un concept nouveau. Relire un même texte peut être nécessaire pour faire des apprentissages et développer un sentiment de compétence.

Réalité partagée

François Gosselin est dysphasique. Son parcours scolaire a été semé d’embûches, mais il est déterminé à terminer son secondaire 5. À 24 ans, s’il est en secondaire 3 à l’école des adultes, ça ne l’empêche pas de s’impliquer activement auprès des personnes vulnérables. Empathique, persévérant et optimiste, François fait partie de l’équipe de Parlons Dysphasie. Récemment, il a mis sur pied un projet de danse folklorique pour les personnes dysphasiques : Le langage des pieds. Source

« Léanne et moi vivons ensemble depuis 1 mois »

Léanne et moi vivons ensemble depuis 1 mois. Nous cuisinons ensemble, et j’adore ça !
– Comment ça se passe, cette semaine, à la quincaillerie ? me demande-t-elle.
– Je suis tombé sur un fournisseur hyper sympathique. Avant de donner ma commande, je lui ai dit que j’avais un trouble du langage, et donc que ça prendrait un peu plus de temps.
– Wow, c’est bien ! Et comment a réagi ton interlocuteur ? continue Léanne.
– Super bien ! Il m’a encouragé à persévérer, à prendre mon temps pour bien exprimer ma pensée. J’étais vraiment surpris de sa réaction.

– La grande majorité des gens font preuve de patience et d’empathie. Tu ne dois jamais avoir peur de dire ce que tu ressens, m’encourage Léanne.
– Le plus amusant, c’est que le gars a aussi un trouble du langage, et il m’a demandé si je pensais qu’il devrait aller au cégep ou non… Bien sûr, je l’ai encouragé à poursuivre des études dans le domaine qui le passionne.
– Tiens, peux-tu déglacer la poêle avec un peu de vin blanc ? me demande ma copine.
– Bien sûr !
Comme mon orthophoniste a intégré des recettes culinaires dans mes activités de thérapie, je me débrouille de mieux en mieux avec les termes moins courants, notamment en cuisine !

Pour en savoir plus

Au fil des ans, l’Institut des troubles d’apprentissage a développé de nombreux outils pour assurer l’égalité des chances des personnes qui vivent avec un trouble d’apprentissage, leur permettre de développer pleinement leur potentiel et de contribuer positivement à la société. Voici quelques-unes des ressources sélectionnées pour vous, n’hésitez pas à les consulter.

L’article Devrais-je ou non parler de mon trouble d’apprentissage ? vous aide à prendre la décision de révéler ou non votre trouble d’apprentissage.

Pour aller plus loin



Références utiles

Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec (OOAQ)
Référez-vous à l’OOAQ en consultant l’annuaire de ses membres dans le secteur public ou en pratique privée afin de trouver des services en orthophonie dans votre région.

Au-delà des mots : le trouble développemental du langage
(2e édition) – Livre publié aux Éditions du CHU Sainte-Justine (2019).
Ce guide définit les caractéristiques du trouble avec nuance, s’attaque aux mythes qui y sont liés et permet de se préparer au diagnostic. Mettant de l’avant une approche multidisciplinaire, il relève tous les impacts sur le développement de l’enfant et permet de mieux intervenir dans le processus de réadaptation.

Raising Awareness of Developmental Language Disorder (RADLD)
Initiative créée pour sensibiliser la population à l’international au trouble développemental du langage. Ressources expliquant le TDL et ses impacts. (En anglais)

DLD & Me
Initiative ayant pour but de sensibiliser le grand public au TDL et d’offrir du soutien et des ressources aux parents et aux individus concernés. (En anglais)

Naître et grandir
Source d’information fiable et validée scientifiquement, Naître et grandir a pour mission de soutenir quotidiennement les parents du Québec dans leur rôle auprès de leur enfant, dès la conception jusqu’à 8 ans.


Notre précieux partenaire

Abonnez-vous à notre infolettre pour rester à l’affût de nos dernières nouvelles!