fbpx

Dyslexie-dysorthographie

Aider mes élèves dans l’appropriation de leurs outils d’aide technologique

« Je profite du calme de la soirée pour corriger les copies de mes élèves »

Installé dans le salon, derrière mon ordinateur, je profite du calme de la soirée pour corriger les copies de mes élèves. Certains d’entre eux ont le droit de se servir des outils technologiques mis à leur disposition. C’est le cas de Nathaniel, depuis quelques jours.
Malgré cela, je remarque que sa dernière rédaction n’est pas meilleure que la précédente qu’il avait réalisée à la main. Ça me surprend. Le logiciel de traitement de texte devrait pourtant l’aider.
Toutefois, Nathaniel sait-il seulement se servir correctement de la prédiction de mot ?

Si ça se trouve, le garçon ne choisit pas le bon mot parmi ceux qui lui sont prédits, ou alors il ignore les suggestions de l’ordinateur et continue à écrire comme il le pense.
Il va falloir remédier à cette situation, sinon cette aide technologique ne servira à rien.

Mes alliés!

Les enseignantes et les enseignants comme Killian sont nombreux à se demander comment accompagner leurs élèves avec une dyslexie-dysorthographie. Heureusement, ces intervenantes et ces intervenants ne sont pas seuls.

• Parents

Les parents représentent les premiers alliés. Ils doivent être impliqués lorsqu’il faut agir pour améliorer le parcours scolaire de leur enfant, surtout parce qu’ils connaissent le tempérament de vos élèves et que leur collaboration est essentielle pour maximiser les effets des interventions à l’école.

• Milieu scolaire

Les techniciennes et les techniciens en éducation spécialisée sont d’excellents partenaires. Ils et elles peuvent aider vos élèves à mieux vivre avec leur trouble d’apprentissage et à développer des stratégies de travail en fonction de leurs mesures d’adaptation en classe.

• Professionnels

L’orthopédagogue est un acteur clé pour vous aider avec les difficultés de vos élèves. En lecture et en écriture, son rôle est d’évaluer et d’intervenir auprès de ceux et celles qui rencontrent des difficultés plus spécifiques. L’orthopédagogue saura déterminer les mesures d’adaptations appropriées à leurs besoins et vous guider dans le choix des stratégies à adopter en classe.

L’orthophoniste est pour sa part le professionnel désigné à l’évaluation et à l’intervention des habiletés langagières tant à l’oral qu’à l’écrit. Il peut poser la conclusion de dyslexie-dysorthographie. En ce sens, le travail des orthophonistes guide et complète celui des orthopédagogues. N’hésitez pas à entrer en contact avec eux.

Mon plan de match

Comme vous l’avez remarqué, les aides technologiques font de plus en plus partie du quotidien en milieu scolaire. Ces outils offrent aux élèves atteints de dyslexie-dysorthographie un médium qui allège la production de mots. Ils sont ainsi libérés de l’énergie qu’ils mettent normalement à lire et à écrire les mots et peuvent centrer leur attention sur les tâches qu’ils ont à faire.

Pour employer efficacement ces logiciels, il faut toutefois que ces élèves reçoivent un enseignement systématique de leurs différentes fonctions en contexte de lecture et d’écriture par des orthopédagogues ou des orthophonistes. De plus, il faut garder en tête que l’utilisation de ces outils ne doit pas brimer le développement des habiletés en lecture et en écriture de mots ; ces savoir-faire doivent continuer d’être valorisés et enseignés auprès d’eux.

Cela dit, c’est en combinant l’enseignement à l’entraînement que vos élèves progresseront dans l’appropriation de leurs outils technologiques. Votre collaboration est essentielle dans cette démarche, car c’est en contexte de classe qu’ils en auront le plus besoin. Ainsi, en plus de travailler en équipe avec les professionnels, votre implication et les stratégies employées permettront à vos élèves de tirer un maximum de leurs outils. Ci-dessous, nous vous présentons d’abord les principaux outils d’aide à la lecture et à l’écriture. Dans un deuxième temps, nous vous offrons des stratégies pour accompagner vos élèves dans ce processus d’apprentissage.

« C’est du chinois pour moi »

— J’adore Lexibar ! lance Annie. La fonction de prédiction de mots est vraiment pratique. J’ai trois élèves dans ma classe de quatrième année qui l’utilisent.
— WordQ est pas mal aussi, intervient Laurence, une enseignante du même niveau. Ma petite Marie-Ann ne jure que par la rétroaction vocale en écriture !
Je les écoute parler depuis un moment et je décide d’intervenir, un peu gêné :
— On voit que je ne suis en poste que depuis cette année. Tout ça, pour le moment, c’est du chinois pour moi.

— Tu n’auras pas le choix de t’y mettre, me prévient Annie.
— Je sais ! Certains élèves sont déjà meilleurs que moi ! Vous me conseillez quoi ?
— Demande à ce qu’on installe les logiciels sur ton ordinateur portatif, me suggère Laurence. Comme ça, tu pourras t’exercer chez toi.
J’ajoute en riant :
— Ouais, et j’aurai l’air moins bête quand un élève me demandera de l’aide !

Principaux outils offerts aux élèves dyslexiques-dysorthographiques

Pour bien accompagner vos élèves dans leur utilisation des logiciels d’aide en lecture et en écriture, vous devez d’abord vous renseigner quant à la façon dont ces outils fonctionnent et les objectifs qu’ils permettent d’atteindre. Cela vous permettra de déterminer les moments où ces mesures sont des adaptations nécessaires pour que vos élèves puissent exprimer pleinement leur compréhension.

Outils d’aide à la lecture

Les outils pour la lecture sont ceux qui ont une fonction de synthèse vocale. Pour l’utiliser, les élèves surlignent le texte et écoutent le texte lu par une voix synthétique. WordQ, Lexibar, Médialexie et Word (lecteur immersif) sont des exemples de produits qui offrent cette fonction.

Outils d’aide à l’écriture

Plusieurs outils viennent en aide en écriture et ceux-ci ont différentes fonctions. Les principales fonctions utilisées sont :
• la prédiction de mots;
• la rétroaction vocale;
• la reconnaissance vocale.

Ces deux premières fonctions sont complémentaires. Les élèves tapent les premières lettres d’un mot à l’ordinateur, la prédiction leur offre des choix et la rétroaction vocale leur permet de se réajuster s’il y a des erreurs. WordQ, Lexibar et Médialexie sont des exemples de produits qui offrent cette fonction.

Outils d’aide à la révision et à la correction

L’outil le plus populaire pour la révision et la correction est Antidote. Il a d’abord la fonction de correcteur grammatical ; il met en évidence les erreurs de grammaire et propose des améliorations de syntaxe, de vocabulaire, etc. Un guide grammatical et un dictionnaire y sont aussi intégrés. Finalement, Word est aussi un outil avec la fonction de correction grammaticale. Il ne faut pas l’oublier, alors qu’il est complémentaire à tous les autres outils en écriture.

Parce que chaque effort compte…

Plusieurs outils technologiques et fonctions d’aide existent pour accompagner vos élèves qui éprouvent des difficultés en lecture et en écriture. Si vous désirez avoir de l’information sur ces outils, ne soyez pas gêné de demander conseil aux professionnels qui interviennent auprès de ces élèves. Vos questions seront toujours bien accueillies.

« Qu’est-ce qui s’est passé dans ta classe, ce matin ? »

— Dis donc, Killian, qu’est-ce qui s’est passé dans ta classe, ce matin ? Il y avait un de ces vacarmes ! me demande Annie, qui est assise en face de moi, dans la salle des professeurs.
Je passe une main dans mes cheveux, me sentant un peu bête.
— C’était l’heure de l’évaluation, lui expliqué-je. Au moment de distribuer les copies, je me suis rendu compte que les élèves qui travaillent sur l’ordinateur n’avaient pas le test.
— Tu ne l’avais pas numérisé à l’avance ?

— Non, je pensais le faire en arrivant en classe ce matin, mais ça m’est sorti de la tête.
Laurence, qui est en train de manger sa salade, éclate de rire.
— On a tous oublié un jour ! me dit-elle.
— Ouais, eh bien, je ne compte pas recommencer, croyez-moi, parce que pendant que je m’occupais de ça, les autres élèves ont comblé le vide à leur façon. J’avais tellement chaud !
— C’est le métier qui rentre ! s’exclame Annie d’un ton compatissant.

Stratégies pour aider vos élèves dans l’appropriation de leurs outils d’aide technologique

Comment aider vos élèves à profiter pleinement du potentiel de leurs outils d’aide technologique ? Voici cinq stratégies utiles.

1. Adaptez les tâches de lecture et d’écriture

La première démarche à entreprendre lorsque vous avez des élèves qui ont des aides technologiques est de planifier les tâches qu’ils feront à l’ordinateur et celles-ci ne doivent pas se limiter aux évaluations ; vos élèves doivent aussi s’exercer en contexte formatif pour apprendre à les utiliser. Ainsi, lorsque vous avez déterminé ces activités, préparez le matériel en conséquence. Par exemple, assurez-vous d’avoir les versions numérisées des textes ou des examens pour que vos élèves puissent utiliser leur synthèse vocale. Lorsque ce sera fait, ce matériel pourra même être réutilisé pour les années à venir.

Finalement, n’hésitez pas à explorer les outils et à communiquer avec les personnes responsables des services informatiques de votre école ; elles pourront vous aider à bien numériser votre matériel.

2. Travaillez un outil à la fois

L’appropriation des aides technologiques est un processus d’adaptation complexe. Au départ, les élèves gèrent même deux apprentissages à la fois : leurs outils et la tâche de lecture ou d’écriture. Il est donc nécessaire de bien maîtriser un outil avant de commencer à en apprendre un autre. Gardez en tête que l’objectif de ces aides est de diminuer la charge cognitive attribuée à la lecture ou à l’écriture de mots. S’approprier plus d’un outil à la fois donnera l’effet inverse.

3. Apprenez à vos élèves à personnaliser leurs outils en lecture

La clé pour s’approprier n’importe quel outil est de devenir un utilisateur stratégique. En lecture, vos élèves doivent adapter la synthèse vocale à leurs besoins. Ils peuvent modifier la vitesse et le style de la voix, opter pour une lecture par paragraphes, etc. De plus, si les textes sont sur Word, ils peuvent aussi utiliser les fonctions d’espacement des mots, des syllabes et de passage à une autre ligne, ce qui facilite leur suivi en lecture. L’important en lecture est que vos élèves apprennent à gérer ces outils de façon à comprendre ce qu’ils lisent.

4. Apprenez à vos élèves à personnaliser leurs outils en écriture

En écriture, vos élèves doivent apprendre à intégrer tous les outils qui répondent à leurs besoins. S’ils emploient une prédiction de mots, ils doivent taper eux-mêmes les premières lettres du mot et un aide-mémoire ou un dictionnaire facilitant la correspondance entre les lettres et les sons peut leur venir en aide à ce moment. Lorsque le mot qu’ils voulaient écrire n’est pas prédit, ils doivent apprendre à s’arrêter et à vérifier à l’aide de la rétroaction vocale s’ils ont bien orthographié les sons, puis à les changer au besoin. Certains outils, comme Lexibar, sont toutefois plus sensibles aux erreurs de sons et prédisent ainsi un plus grand éventail de mots.

En contexte de rédaction, gérer tous ces outils devient une tâche bien complexe. Ainsi, il est intéressant de couper en deux la tâche d’écriture ; formuler la phrase d’abord, puis l’écrire. Pour ce faire, vos élèves peuvent verbaliser tout haut ce qu’ils veulent écrire ou même s’enregistrer. Cela leur permettra de ne pas oublier qu’écrire signifie d’abord de savoir communiquer sa pensée.

Si vos élèves ont droit à un outil d’aide en révision et en correction, veillez à ce qu’une réflexion accompagne leur processus de correction. En effet, les outils comme Antidote relèvent certaines erreurs grammaticales et difficultés en ce qui concerne la phrase, mais les apprenants doivent souvent faire preuve de jugement et utiliser leurs connaissances pour accepter les corrections ou modifier leurs phrases.

5. Soyez à l’écoute

Évidemment, plusieurs élèves pensent que le processus d’apprentissage des aides technologiques est long et certains d’entre eux sont même gênés d’utiliser leur ordinateur en classe. À ce propos, prenez le temps de savoir ce qui les dérange et trouvez ensemble des solutions pour y remédier. Les techniciens et les techniciennes en éducation spécialisée, l’orthopédagogue de l’école et même les parents pourraient participer à la résolution des problèmes que vos élèves rencontrent avec leurs outils.

Réalité partagée

Mitsou n’aurait jamais cru que son épuisement pouvait venir de son trouble d’apprentissage. Elle a alors passé des examens neuropsychologiques qui ont révélé qu’elle était dyslexique et dyspraxique. Elle a alors compris que son cerveau travaillait plus fort depuis de longues années pour compenser ses difficultés. Elle a changé ses habitudes de lecture et remplacé certains livres papier par leur version audio, ajouté la fonction VoiceOver sur son cellulaire et utilise dorénavant Antidote et WordQ. Elle aurait bien aimé avoir ce genre d’outils pendant ses années d’école.Source

« Je sais bien me servir du logiciel, maintenant ! »

— Alors, Nathaniel, est-ce que tu t’en sors ?
J’ai demandé à mes élèves de rédiger un court compte rendu de leurs vacances de Noël et je m’arrête à chaque table pour vérifier que tout va bien.
Le garçon fait oui de la tête.
— Regarde, monsieur Killian, je sais bien me servir du logiciel, maintenant !
Il a l’air tellement fier de lui que ça me fait sourire.
— C’est super, ça, lui dis-je. Est-ce que tu veux me montrer ?
Son regard pétille et il retourne à son écran. Il m’explique :

— Là, par exemple, je vais écrire le verbe « effacer », qui est un peu difficile.
Il note « éfasser » et m’indique la boîte qui s’ouvre à côté du mot.
— C’est pas la bonne orthographe, ajoute-t-il.
Il appuie sur l’icône de la rétroaction vocale.
— Ah ! le son est bon, signalé-je.
— Ça veut dire qu’il y a un problème avec les lettres, réplique Nathaniel. Je vais essayer autre chose…
Il revient en arrière et écrit « aifa… », mais aucun mot ne s’affiche à l’écran. Il recommence l’opération avec « efa… », puis « effa… ». Aussitôt, un mot apparaît dans la boîte : « effacer ».
— Ça y est ! Je l’ai trouvé ! s’exclame-t-il, heureux.
— Bravo, Nathaniel ! Continue comme ça.
Je le laisse et continue ma tournée, le cœur léger. Mes élèves ont appris beaucoup de choses ces derniers mois, et moi aussi ! Maintenant que je sais comment mieux adapter ma façon d’enseigner aux différentes problématiques rencontrées par mes élèves, je me sens encore plus utile : presque un superhéros !

Pour en savoir plus

Au fil des ans, l’Institut des troubles d’apprentissage a développé de nombreux outils pour assurer l’égalité des chances des personnes qui vivent avec un trouble d’apprentissage, leur permettre de développer pleinement leur potentiel et de contribuer positivement à la société. Voici quelques-unes des ressources sélectionnées pour vous. N’hésitez pas à les consulter.

Le guide permet de faire un tour d’horizon des différents outils d’aide technologique et d’en explorer les principales fonctions.

→ L’apprenant et ses aides technologiques en lecture et écriture : comment l’accompagner au quotidien

Cette formation présente les principales causes, caractéristiques et manifestations de la dyslexie-dysorthographie. Elle expose aussi les différents mécanismes impliqués dans les mesures de soutien et les stratégies d’enseignement pouvant favoriser l’apprentissage et la réussite des enfants présentant une dyslexie-dysorthographie.

→ Découvrir la formation Dyslexie et dysorthographie chez les élèves (primaire, secondaire et postsecondaire)

Pour aller plus loin


À consulter

Documentation sur la dyslexie-dysorthographie
Naitreetgrandir.com

Articles et dossiers thématiques pour accompagner les enfants avec un trouble d’apprentissage
TA à l’école

Trousse d’intervention appuyée par la recherche pour l’enseignement de la lecture et de l’écriture
Réseau canadien de recherche sur le langage et l’alphabétisation

Outils pédagogiques pour l’enseignement de la lecture
ADEL

Ressource pour les parents et le corps enseignant sur la morphologie
Morphoplus

En recherche d’un professionnel ou d’une professionnelle pour une évaluation ou un suivi ?
Liste des bottins des membres du personnel professionnel

Le Service national du RECIT, Adaptation scolaire, offre une foule d’informations utiles, notamment sur les outils et fonctions de l’aide technologique.
Recitas.ca


À lire

Tessier, A. et Poirier, P. (2019). Dyslexie et dysorthographie : la boîte à outils.
Aux éditions de Mortagne

Poirier, P. et Morin, J. (2019). La dyslexie et la dysorthographie racontées aux enfants.
Aux éditions de Mortagne

Latulippe, M. et Poulin, P. (2020). Non aux étiquettes !
Dominique et Compagnie

Fortin, A. L’apprenant et ses aides technologiques en lecture et en écriture : comment l’accompagner au quotidien ?
Aux éditions Horizons


Notre précieux partenaire

Abonnez-vous à notre infolettre pour rester à l’affût de nos dernières nouvelles!