fbpx

Dyslexie-dysorthographie
Adultes – Par où commencer ?

« Une pause bien méritée ! »

— Une pause bien méritée ! dis-je en me laissant tomber sur l’une des chaises de la salle de repos.
— Grosse soirée ? me demande Anaïs, la travailleuse sociale du centre.
— Pas pire que d’habitude, mais c’est correct ; j’adore mon travail.
— Et tu es vraiment bonne. Tu t’occupes bien des résidents et tu es empathique. Je vois comment ils se confient à toi quand ils se sentent seuls ou quand ils vivent une situation difficile.
Anaïs arrête de parler et plisse les yeux en me fixant, comme si elle réfléchissait. Finalement, elle ajoute :
— T’as déjà pensé à devenir éducatrice spécialisée ? Me semble que ça t’irait bien. Et tu pourrais accompagner les résidents davantage.

— J’aimerais bien, c’est vrai, mais ça prend une technique, dis-je d’une petite voix. Pis avant, il faudrait que je termine mon cinquième secondaire.
— Qu’est-ce qui t’en empêche ?
— Je sais pas si j’ai le goût de retourner à l’école. Déjà que je suis stressée quand je dois remplir des rapports, à cause de mes difficultés en écriture, alors t’imagines ?
— Tu pourrais sans doute être aidée, insiste Anaïs.
Ma collègue consulte sa montre et se lève de sa chaise.
— Bon, j’y retourne. Pense à ce que je t’ai dit, d’accord ? Tu as du potentiel. Il faut que tu te fasses un peu plus confiance.

Mes alliés!

Les adultes comme Raphaëlle ne sont pas seuls et ils peuvent compter sur le soutien de nombreux alliés.

• Intervenants et intervenantes du milieu scolaire

Les intervenants qui œuvrent dans les milieux postsecondaires ou destinés aux adultes (centre d’éducation des adultes, centre de formation professionnelle, cégep, université) représentent des alliés incontournables. N’hésitez pas à leur parler de vos difficultés. Ils sauront vous outiller pour maximiser votre succès scolaire et voir comment ils peuvent adapter leur approche pédagogique en fonction de vos besoins.

À la formation aux adultes, les membres du corps enseignant sont formés pour travailler auprès des élèves avec des difficultés ou des troubles d’apprentissage ; ils vous offriront des stratégies et pourront vous diriger au besoin vers un professionnel. Dans les centres de formation professionnelle et au collégial, des mesures sont mises en place pour faciliter l’adaptation des étudiants. Vous pouvez consulter le conseiller en services adaptés ou l’orthopédagogue. Leur rôle est de faire le lien entre l’étudiant et ses enseignants en regard des mesures d’adaptation en classe. À l’université, vous pouvez prendre rendez-vous au service d’accueil et de soutien aux étudiants en situation de handicap qui inclut les troubles d’apprentissage.

Voici des exemples de services adaptés pour les personnes ayant une dyslexie-dysorthographie :
• Soutien scolaire
• Prise de notes
• Prêt d’ordinateur
• Outils d’aide technologique
• Mesures particulières pour la passation des examens (temps supplémentaire, etc.)

• Professionnels

L’orthopédagogue peut vous aider à mieux vivre avec votre trouble d’apprentissage à l’écrit. En lecture et en écriture, son rôle est d’évaluer vos besoins et d’agir sur les difficultés que vous rencontrez. L’orthopédagogue saura déterminer quelles sont les mesures d’aide appropriées à votre situation et vous guider dans le choix des stratégies à adopter au quotidien, à votre travail ou dans vos études.

L’orthophoniste est pour sa part le professionnel désigné à l’évaluation des habiletés langagières tant à l’oral qu’à l’écrit. L’orthophoniste peut poser la conclusion de dyslexie-dysorthographie. En ce sens, son travail guide et complète celui des orthopédagogues. N’hésitez pas à entrer en contact avec lui ; il peut aussi évaluer vos besoins et vous donner des conseils quant aux approches à privilégier dans votre situation.

Le psychoéducateur peut vous aider à développer votre estime personnelle ou encore à vous adapter à un nouvel environnement de travail ou d’apprentissage.

• Proches

Vos proches, incluant la famille, les amis, les collègues ou autres, peuvent apporter leur soutien dans les épreuves que vous vivez. N’hésitez pas à leur faire part de ce que vous ressentez lorsque vous vivez des difficultés.

Mon plan de match

Lorsque vous décidez d’entreprendre des démarches pour améliorer vos compétences à l’écrit ou adapter votre quotidien à votre trouble d’apprentissage, nous vous proposons d’abord de déterminer quels sont vos besoins. C’est en ayant une idée des contextes qui vous posent problème et des tâches que vous avez à accomplir que vous pourrez trouver les solutions adaptées à votre situation. À cette fin, vous trouverez ci-dessous des conseils pour cibler vos besoins.

L’intérêt que vous portez à la lecture et à l’écriture joue aussi un rôle important dans l’amélioration de vos compétences. Les personnes qui lisent et écrivent plus souvent ont de meilleures chances d’améliorer leurs habiletés. Vous trouverez une vidéo présentant des stratégies pour rendre la lecture plus agréable.

Vous retrouverez toutes ces informations dans le guide pratique.

→ Consultez le guide pratique [PDF]

« Maxim et moi ne travaillons pas aujourd’hui »

Maxim et moi ne travaillons pas aujourd’hui. Comme il est infirmier, il est rare que nous ayons une soirée pour nous tout seuls. On en profite pour déboucher une bouteille de vin et discuter de nos semaines. Entre deux gorgées, je lui avoue que j’aimerais peut-être suivre des cours du soir pour devenir éducatrice spécialisée, mais que je n’ose pas.
— Raph ! Je suis certain que tu serais bonne là-dedans !
— T’es pas le seul à le dire…
— Tu devrais foncer, alors.
Je lui raconte que je suis allée m’informer sur le programme et que ça me donne le vertige. Je lui montre même la documentation que j’ai reçue.

— Juste lire la brochure, ça me fatigue, lancé-je, un peu découragée. Ça va être quoi quand il va falloir que je rédige mes devoirs ? Je peux pas lâcher ma job et j’ai peur que mes études me prennent plus de temps qu’aux autres, à cause de ma dyslexie-dysorthographie. Sans compter mon TDAH ! Max, tu sais à quel point je suis désorganisée !
— De quoi as-tu le plus peur ?
Je prends le temps de réfléchir à sa question, puis je réponds :
— De pas me sentir à la hauteur, comme quand j’étais à l’école.
Compréhensif, Maxim ouvre ses bras pour que je me blottisse contre lui.
— Tu sais, chuchote-t-il, je suis certain que t’es pas la seule dans ce cas de figure. Il existe forcément des outils qui pourraient t’aider. Demain, à ma job, je vais me renseigner…

Démarche d’identification des besoins

Vous êtes un travailleur et rencontrez des difficultés à l’écrit ? Ou encore, vous retournez aux études et aimeriez avoir des stratégies pour réussir vos travaux ? Pensez d’abord aux contextes qui vous restreignent (au travail, à la maison ou à l’école), puis déterminez les situations qui font apparaître vos difficultés (lecture, écriture, compréhension ou production de textes).

En lecture
Quelles sont les tâches que vous aimez moins ou que vous avez de la difficulté à accomplir ? La lecture de textes complexes et longs ? À votre travail, sachez que vous pouvez employer des outils à l’ordinateur pour alléger les longues lectures. N’hésitez pas à demander à votre employeur la possibilité de faire vos lectures en ligne. À l’école, c’est un peu la même chose et c’est même encore plus important que vous puissiez bénéficier d’outils, car bien souvent, vos lectures ont pour objectif de vous faire apprendre. Vous devez donc bien les comprendre.

En écriture
Avez-vous de la difficulté à rédiger un courriel ou un rapport sans les réviser plusieurs fois ? Sentez-vous que vous n’utilisez pas la technologie de manière optimale ? Évitez-vous d’écrire ou encore avez-vous honte de votre écriture ?
Plusieurs personnes atteintes d’une dyslexie-dysorthographie n’aiment pas écrire à la main. Au quotidien ou dans votre milieu de travail, cela peut vous mettre dans des positions désagréables. N’oubliez pas que vos habiletés sont en constante évolution et qu’il ne sera jamais trop tard pour consulter un professionnel en vue de vous améliorer en écriture.

Évoluer avec un trouble d’apprentissage
Lorsqu’on grandit avec des difficultés, on se compare et on se rend vite compte qu’il y a des tâches qu’on n’arrive pas à accomplir aussi bien que les autres. L’estime de soi peut en être affectée et avec le temps, on peut décider de faire comme les autres même si cela demande plus d’énergie. En revanche, si vous rencontrez vos limites dans votre milieu de travail ou à l’école, n’attendez pas qu’elles vous empêchent de faire valoir votre potentiel avant d’agir. Votre trouble d’apprentissage ne devrait pas nuire à votre compréhension ni à votre capacité à vous exprimer adéquatement. N’hésitez pas à discuter des défis avec lesquels vous vivez à votre employeur ou aux intervenants à votre école ; ils sont là pour faire en sorte que vous vous épanouissiez dans ce que vous faites.

Dans les autres pages de ce dossier, vous trouverez plusieurs autres stratégies qui concernent la lecture, l’écriture et des stratégies au quotidien. N’hésitez pas à les consulter selon les besoins que vous avez ciblés.

Parce que chaque effort compte…

À l’âge adulte, vous devenez plus conscient de vos limites et du contexte dans lequel elles vous affectent. Vous pouvez vous informer et trouver des stratégies pour améliorer votre situation et celles-ci peuvent fonctionner. Néanmoins, si vous restez coincé, certains facteurs de protection peuvent vous aider à trouver d’autres solutions.

Consultez les professionnels, comme les orthophonistes ou les orthopédagogues. Ils peuvent vous offrir un portrait plus précis de vos difficultés et intervenir de manière ciblée pour que vous puissiez progresser.

Parlez de votre trouble d’apprentissage avec votre employeur et vos proches. Chaque personne vit des difficultés et parfois le fait de les exprimer et de se sentir compris diminue le stress et permet d’agir plus facilement.

« Je me suis inscrite à la formation des adultes ! »

Ça y est ! Je me suis inscrite à la formation des adultes !
Je suis pas mal fière de moi, mais je reste anxieuse. J’ai peur d’échouer à cause de mon manque d’attention. Au travail, j’ai mis en place des techniques pour que ça n’affecte pas mes collègues ou les résidents, mais à la maison, je suis un peu perdue. Surtout que je dois étudier le soir, après une journée passée au centre et que la fatigue se fait sentir.
— Bon, t’es capable, dis-je à voix haute en ouvrant mon ordinateur, pour m’encourager.
J’ai l’impression d’entendre mon chum. Ça me fait sourire.

Quand j’ai donné mon rapport de diagnostic à l’école, j’ai reçu un ordinateur portatif avec des outils technologiques pour m’aider dans mes études. L’appareil m’est prêté le temps que dure ma scolarité.
Je m’installe confortablement et commence un exercice. Je dois lire plusieurs textes traitant des réseaux sociaux afin d’en faire une synthèse. Après deux minutes, je saisis mon cellulaire pour regarder mes courriels. Mon chat Caramel vient se frotter contre ma jambe, réclamant des caresses. Je le prends sur mes genoux et lui parle tandis qu’il ronronne.
Mon regard se pose de nouveau sur l’ordinateur.
Oups ! J’ai déjà perdu le fil de ma lecture. Où en étais-je ?

Stratégies pour rendre la lecture plus agréable

Pour devenir une lectrice ou un lecteur compétent qui comprend bien ses lectures, il faut s’exercer. Les personnes souffrant d’un trouble d’apprentissage ou de difficultés en lecture ont toutefois besoin de plus de temps de pratique pour améliorer leurs compétences et acquérir une certaine expérience. Malheureusement, les personnes pour qui la lecture représente un défi lisent moins souvent pour le plaisir, ce qui fait que leurs habiletés s’améliorent lentement ou très peu.

Réalité partagée

« Il faut absolument que tu lises ce livre ! »

— Il faut absolument que tu lises ce livre ! C’est super bon ! me dit Sophie.
— J’aime pas trop lire, objecté-je.
— Peut-être que tu peux le trouver en audio.
J’attrape mon cellulaire et tape le nom du livre dans le moteur de recherche.
— C’est le roman d’Oxana Zitter ?
Sophie hoche la tête.
– T’as raison ! Il existe une version audio.
— Peut-être que tu aimerais plus lire si tu pouvais l’écouter.
— C’est pas bête…

Quelques jours plus tard, je suis en train d’écouter la version audio du roman que j’ai achetée après avoir téléchargé une application sur mon téléphone. Je n’avais jamais pensé à découvrir des textes comme ça. C’est beaucoup plus facile pour moi de les écouter que de les lire ! En fait, ça me demande moins d’efforts. Du coup, j’ai envie de découvrir d’autres romans et d’autres auteurs. Je crois que j’ai attrapé la piqûre des livres.
En plus, j’apprends plein de mots et j’entends de belles tournures de phrase que j’ai envie de reproduire dans mes travaux pour l’école.
Une idée me vient : et si j’écrivais à Oxana Zitter pour lui dire à quel point j’aime son roman ?
Je vais sur Facebook et constate qu’elle a une page d’auteure. Je regarde mon chat qui passe devant moi à ce moment-là. Je lui demande :
— Est-ce que j’ose, Caramel ?
Il m’envoie un petit miaulement que je prends pour un oui.
— T’as raison ! Je risque pas grand-chose à lui écrire, de toute façon.
Les deux mains sur le clavier, le cœur battant d’excitation, je tape le plus beau message possible, en espérant recevoir une réponse bientôt.

Pour aller plus loin


À consulter

Documentation sur la dyslexie-dysorthographie
Naitreetgrandir.com
Articles et dossiers thématiques pour accompagner les enfants avec un trouble d’apprentissage
TA à l’école
Trousse d’intervention appuyée par la recherche pour l’enseignement de la lecture et de l’écriture
Réseau canadien de recherche sur le langage et l’alphabétisation
Outils pédagogiques pour l’enseignement de la lecture
ADEL
Ressource pour les parents et le corps enseignant sur la morphologie
Morphoplus
En recherche d’un professionnel ou d’une professionnelle pour une évaluation ou un suivi ?
Liste des bottins des membres du personnel professionnel
Le Service national du RECIT, Adaptation scolaire, offre une foule d’informations utiles, notamment sur les outils et fonctions de l’aide technologique.
Recitas.ca

À lire

Tessier, A. et Poirier, P. (2019). Dyslexie et dysorthographie : la boîte à outils.
Aux éditions de Mortagne
Poirier, P. et Morin, J. (2019). La dyslexie et la dysorthographie racontées aux enfants.
Aux éditions de Mortagne
Latulippe, M. et Poulin, P. (2020). Non aux étiquettes !
Dominique et Compagnie
Fortin, A. L’apprenant et ses aides technologiques en lecture et en écriture : comment l’accompagner au quotidien ?
Aux éditions Horizons

Notre précieux partenaire

Abonnez-vous à notre infolettre pour rester à l’affût de nos dernières nouvelles!