fbpx

Astuces pour intervenants
Comment le cerveau apprend t-il?

Les sciences cognitives nous fournissent des connaissances clés sur l’efficacité d’un enseignement et d’un environnement de classe qui soutient les apprentissages. Comprendre comment les étudiants pensent et apprennent peut vous aider à adapter votre pratique d’enseignement.

1. Les croyances des étudiants à propos de l’intelligence affectent leur fonctionnement cognitif et leur apprentissage

Les étudiants ont besoin de savoir que l’intelligence n’est pas une entité fixe, qu’il peut y avoir une croissance de l’intelligence, que le cerveau est en constante évolution. Un élève qui a des difficultés aujourd’hui sur une matière, sur un sujet, peut devenir très compétent demain car rien n’est figé. C’est ce qu’on appelle la plasticité cérébrale.

En tant qu’enseignant, vous pouvez expliquer aux étudiants que leur intelligence et leurs habiletés peuvent être développés par des efforts et des expériences. Par exemple en leur expliquant qu’un échec à une tâche donnée n’est pas dû à un manque d’intelligence mais peut-être à l’utilisation de mauvaises stratégies; il faut aussi faire attention aux compliments : assurez-vous que le contenu de la rétroaction est lié à l’effort ou la stratégie utilisée plutôt qu’à l’intelligence de l’étudiant (par ex. : “bravo pour tes efforts”, ou “excellente démarche” plutôt que “tu es un champion”).

2. Les connaissances antérieures des étudiants interagissent avec les nouveaux apprentissages

Essayez de faire des liens avec ce qu’ils connaissent déjà. Révisez et transformez les connaissances des élèves. S’il a des idées fausses, créez de nouvelles connaissances à la place ou élargissez ce qui est déjà présent. En reliant une nouvelle information à une ancienne on facilite l’encodage de la nouvelle information dans la mémoire à long terme par le biais de la mémoire associative.

3. Le développement cognitif des étudiants n’est pas limité à un stade relié à l’âge ou un grade

Les élèves sont capables d’un niveau de raisonnement supérieur s’ils ont des connaissances précoces dans le domaine, s’ils interagissent avec d’autres personnes plus compétentes qu’eux, et dans certains contextes socioculturels où ils sont plus à l’aise. Alors en tant qu’enseignant, vous pouvez par exemple faire travailler les élèves dans des groupes hétérogènes donc à capacité mixte pour permettre l’interaction avec des apprenants de niveau supérieur.

4. Le transfert des apprentissages à de nouveaux contextes n’est pas automatique

En tant qu’enseignant, vous pouvez faciliter le transfert des apprentissages :
1. Par exemple en enseignant un sujet/concept dans plusieurs contextes ;
2. Vous pouvez aussi aider les élèves à voir l’application de leurs connaissances dans le monde réel ; pour cela il faut mettre en pratique leurs connaissances avec des exemples concrets de leur quotidien, par exemple en mathématique les plus jeunes vont comprendre l’intérêt de faire des multiplications si on fait le lien avec le coût des achats en épicerie.

5. La pratique est la clé pour une acquisition des savoirs à long-terme

Les étudiants sont confrontés à un grand nombre d’information mais seule une infime partie va être enregistrée en mémoire à long terme. Alors en tant qu’enseignant ce que vous pouvez faire c’est mettre en place de brefs tests avec des questions ouvertes, ceci est particulièrement efficace car cela exige que les élèves non seulement se rappellent des informations (donc font appel à leur mémoire) mais aussi cela leur demande de générer de nouvelles informations ; vous pouvez aussi fournir aux élèves un calendrier avec des occasions de répéter des apprentissages en pratiquant des tâches similaires à la tâche cible mais dans différents contextes de réalisation.

6. La rétroaction de l’enseignant améliore les apprentissages des étudiants

Alors attention, il faut qu’elle soit faite sur une base régulière, qu’elle soit explicite et spécifique. Donc plutôt que des remarques générales comme “bon travail” vous pouvez être plus précis comme “le sujet de tes phrases fournit un bon résumé de la principale idée de chaque paragraphe ce qui est très bien, et pour t’améliorer la prochaine fois tu pourrais aussi expliquer comment toutes ces idées interagissent les unes avec les autres”.

Aussi, les corrections de tests/quizz est importante pour que les étudiants comprennent là où ils ont fait des erreurs et leur laisser la chance de poser des questions. Une rétroaction qui est donnée sur un test le plus rapidement possible est toujours plus efficace. Pour ne pas affecter la motivation des étudiants, le ton que vous employez pour la rétroaction est importante: il doit être le moins négatif possible et cibler les aspects importants du travail et non pas des détails.

En début d’apprentissage d’une nouvelle tâche il est recommandé de féliciter souvent les petits progrès car c’est le moment le plus difficile et cela va motiver les étudiants à continuer de s’entraîner et à apprendre.

7. Les stratégies métacognitives ou d’auto-régulation aident à l’apprentissage

Pour en savoir plus, découvrez notre capsule sur les stratégies métacognitives.

8. La créativité est une habileté qui participe à la réussite scolaire

Contrairement à ce que l’on croit, la créativité n’est pas un trait stable que l’on a ou que l’on n’a pas, cela peut se développer et être nourrie chez les étudiants. En tant qu’enseignant, vous pouvez valoriser le fait de voir le choses sous différents angles/perspectives, leur faire comprendre que c’est un atout pour la discussion. Pour les aider à être plus créatif vous pouvez utiliser des méthodes centrées sur le questionnement, remettre en question les croyances dominantes, explorer de manière critiques les idées/options.

À retenir

Toutes ces recommandations issues des 8 principes énuméres ci-dessus sont bonnes pour tous les étudiants mais encore plus pour les étudiants ayant des besoins particuliers car ils ont plus besoin d’être guidés que les autres et surtout ils ont besoin qu’on les aide à développer leurs stratégies d’apprentissage.

Les sciences cognitives nous fournissent des connaissances clés sur l’efficacité d’un enseignement et d’un environnement de classe qui soutient les apprentissages. Comprendre comment les étudiants pensent et apprennent peut vous aider à adapter votre pratique d’enseignement.

1. Les croyances des étudiants à propos de l’intelligence affectent leur fonctionnement cognitif et leur apprentissage

Les étudiants ont besoin de savoir que l’intelligence n’est pas une entité fixe, qu’il peut y avoir une croissance de l’intelligence, que le cerveau est en constante évolution. Un élève qui a des difficultés aujourd’hui sur une matière, sur un sujet, peut devenir très compétent demain car rien n’est figé. C’est ce qu’on appelle la plasticité cérébrale.

En tant qu’enseignant, vous pouvez expliquer aux étudiants que leur intelligence et leurs habiletés peuvent être développés par des efforts et des expériences. Par exemple en leur expliquant qu’un échec à une tâche donnée n’est pas dû à un manque d’intelligence mais peut-être à l’utilisation de mauvaises stratégies; il faut aussi faire attention aux compliments : assurez-vous que le contenu de la rétroaction est lié à l’effort ou la stratégie utilisée plutôt qu’à l’intelligence de l’étudiant (par ex. : “bravo pour tes efforts”, ou “excellente démarche” plutôt que “tu es un champion”).

2. Les connaissances antérieures des étudiants interagissent avec les nouveaux apprentissages

Essayez de faire des liens avec ce qu’ils connaissent déjà. Révisez et transformez les connaissances des élèves. S’il a des idées fausses, créez de nouvelles connaissances à la place ou élargissez ce qui est déjà présent. En reliant une nouvelle information à une ancienne on facilite l’encodage de la nouvelle information dans la mémoire à long terme par le biais de la mémoire associative.

3. Le développement cognitif des étudiants n’est pas limité à un stade relié à l’âge ou un grade

Les élèves sont capables d’un niveau de raisonnement supérieur s’ils ont des connaissances précoces dans le domaine, s’ils interagissent avec d’autres personnes plus compétentes qu’eux, et dans certains contextes socioculturels où ils sont plus à l’aise. Alors en tant qu’enseignant, vous pouvez par exemple faire travailler les élèves dans des groupes hétérogènes donc à capacité mixte pour permettre l’interaction avec des apprenants de niveau supérieur.

4. Le transfert des apprentissages à de nouveaux contextes n’est pas automatique

En tant qu’enseignant, vous pouvez faciliter le transfert des apprentissages :
1. Par exemple en enseignant un sujet/concept dans plusieurs contextes ;
2. Vous pouvez aussi aider les élèves à voir l’application de leurs connaissances dans le monde réel ; pour cela il faut mettre en pratique leurs connaissances avec des exemples concrets de leur quotidien, par exemple en mathématique les plus jeunes vont comprendre l’intérêt de faire des multiplications si on fait le lien avec le coût des achats en épicerie.

5. La pratique est la clé pour une acquisition des savoirs à long-terme

Les étudiants sont confrontés à un grand nombre d’information mais seule une infime partie va être enregistrée en mémoire à long terme. Alors en tant qu’enseignant ce que vous pouvez faire c’est mettre en place de brefs tests avec des questions ouvertes, ceci est particulièrement efficace car cela exige que les élèves non seulement se rappellent des informations (donc font appel à leur mémoire) mais aussi cela leur demande de générer de nouvelles informations ; vous pouvez aussi fournir aux élèves un calendrier avec des occasions de répéter des apprentissages en pratiquant des tâches similaires à la tâche cible mais dans différents contextes de réalisation.

6. La rétroaction de l’enseignant améliore les apprentissages des étudiants

Alors attention, il faut qu’elle soit faite sur une base régulière, qu’elle soit explicite et spécifique. Donc plutôt que des remarques générales comme “bon travail” vous pouvez être plus précis comme “le sujet de tes phrases fournit un bon résumé de la principale idée de chaque paragraphe ce qui est très bien, et pour t’améliorer la prochaine fois tu pourrais aussi expliquer comment toutes ces idées interagissent les unes avec les autres”.

Aussi, les corrections de tests/quizz est importante pour que les étudiants comprennent là où ils ont fait des erreurs et leur laisser la chance de poser des questions. Une rétroaction qui est donnée sur un test le plus rapidement possible est toujours plus efficace. Pour ne pas affecter la motivation des étudiants, le ton que vous employez pour la rétroaction est importante: il doit être le moins négatif possible et cibler les aspects importants du travail et non pas des détails.

En début d’apprentissage d’une nouvelle tâche il est recommandé de féliciter souvent les petits progrès car c’est le moment le plus difficile et cela va motiver les étudiants à continuer de s’entraîner et à apprendre.

7. Les stratégies métacognitives ou d’auto-régulation aident à l’apprentissage

Pour en savoir plus, découvrez notre capsule sur les stratégies métacognitives.

8. La créativité est une habileté qui participe à la réussite scolaire

Contrairement à ce que l’on croit, la créativité n’est pas un trait stable que l’on a ou que l’on n’a pas, cela peut se développer et être nourrie chez les étudiants. En tant qu’enseignant, vous pouvez valoriser le fait de voir le choses sous différents angles/perspectives, leur faire comprendre que c’est un atout pour la discussion. Pour les aider à être plus créatif vous pouvez utiliser des méthodes centrées sur le questionnement, remettre en question les croyances dominantes, explorer de manière critiques les idées/options.

À retenir

Toutes ces recommandations issues des 8 principes énuméres ci-dessus sont bonnes pour tous les étudiants mais encore plus pour les étudiants ayant des besoins particuliers car ils ont plus besoin d’être guidés que les autres et surtout ils ont besoin qu’on les aide à développer leurs stratégies d’apprentissage.

Pour aller plus loin

À consulter

Fiche pratique [PDF]
Comment le cerveau apprend t-il?

Notre partenaire

Abonnez-vous à notre infolettre pour rester à l’affût de nos dernières nouvelles!