Devrais-je parler ou non de mon trouble d’apprentisage?


Le dire ou ne pas le dire ? Grande question ! 

À l’Institut des troubles d’apprentissage nous recevons beaucoup d’appels d’apprenants en difficulté ou en trouble d’apprentissage qui hésitent à parler de leurs difficultés ou de leur troubles d’apprentissage lors de leur admission dans un établissement scolaire post-secondaire.

Odette Raymond est une personne-ressource spécialisée auprès de la clientèle post-secondaire et s’est entretenue avec des centaines de personnes dans cette situation au cours des dernières années. Bonne écoute!

________

 

Quelles sont les craintes des étudiants dans leur prise de décision d’en parler ou pas ?

La plus grande crainte est d’être victime de discrimination ; aussi, que les autres étudiants pensent que la personne ayant un TA bénéficie de privilèges ; puis il y a la crainte que cette «étiquette» les suive jusqu’au marché du travail et pendant toute leur carrière. Plus on avance dans les études, plus cette crainte est importante. C’est une crainte légitime, mais sachez que sur le diplôme, le fait d’avoir un TA ou d’avoir eu des accommodements, ne sera jamais écrit.

 

Quels sont les avantages ?

Sortir de l’anonymat et du dilemme « je le dis ou je ne le dis pas ». Ce dilemme est insécurisant. Autre avantage, c’est de me donner accès à des accommodements comme, un autre étudiant qui prend les notes pour moi (pour me permettre de me concentrer sur ce que l’enseignant dit), du soutien pédagogique, plus de temps pour les examens, des logiciels adaptés, etc. Si l’étudiant a eu besoin d’accommodements au secondaire, il se peut très bien qu’il en ait encore besoin au postsecondaire.


Quoi dire exactement ?

Il faut comprendre que les enseignants aiment toujours mieux bien connaître la situation de chaque étudiant. Ils ont à coeur la réussite de tous et veulent les aider à réussir. Tous les enseignants veulent que tous leurs étudiants réussissent. Ce qui est important pour eux c’est de connaître les besoins de l’étudiant. Il est important que le conseiller en services adaptés le sache si vous voulez qu’il analyse vos besoins et vous propose des services et des accommodements, mais vous pouvez décider jusqu’où vous voulez aller dans la divulgation à vos enseignants.  

C’est toujours mieux d’avoir le contrôle et de décider vous-même de vos limites. Vous pouvez dire par exemple « j’ai une lenteur en lecture », mais ne pas vouloir dire « j’ai une dyslexie ». Vous pouvez dire aux enseignants que vous êtes inscrit aux services adaptés, mais pas leur dire que vous avez une dyslexie.

 

As-tu des anecdotes à nous raconter au sujet d’étudiants qui ont décidé d’en parler ?

Parfois, les étudiants ont des craintes à en parler à un enseignant en particulier car ils ont peur que cet enseignant ait des préjugés. Certains ont décidé d’en parler tout de même à cet enseignant et ça s’est avéré une bonne décision car ce dernier est devenu leur meilleur allié. Il faut dire que tout le monde connaît des personnes ayant un TA. On en parle de plus en plus souvent. Les enseignants, quand on leur fait confiance et qu’on leur dit, ils nous le rendent bien.

Certains étudiants ont  décidé d’en parler, avec leur enseignant, devant toute la classe et ça été très positif. J’en connais qui ont même été sollicités par des étudiants de la classe pour faire un travail d’équipe sur la dyslexie ou sur le trouble du déficit de l’attention. Ces étudiants ayant un TA on par le fait même participé à l’augmentation des connaissances sur les troubles d’apprentissage et sur le déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité est la nomenclature du DSM5.

Si je suis dans cette situation et que JE DÉCIDE DE LE DIRE, quand le dire ?

Vous pouvez le dire à tout moment de la session et de l’année et, le dire en cours de session ne vous empêchera pas d’avoir des accommodements quand vous déciderez de le dire. C’est votre choix, mais laissez quand même le temps au conseiller de faire la démarche.

Qu’est-ce qui devrait guider ma décision de le dire ou de ne pas le dire ?

C’est un choix personnel qui a des conséquences. On doit le faire en toutes connaissances de cause. Aussi, allez en parler avec votre conseiller en service adapté. C’est à chacun de vous de faire l’addition des points positifs et des points négatifs. Bien que le fait d’en parler puisse susciter des craintes de stigmatisation, de discrimination et de se répercuter dans le milieu du travail, les avantages sont de mettre fin au dilemme « divulguer ou pas » et d’obtenir des accommodements.

En parler à votre conseiller en services adaptés vous aidera à décider. Par dessus tout, respectez-vous dans votre choix de le dire ou de ne pas le dire.

 

________

Infos complémentaires

Est-ce qu’une difficulté ou un trouble d’apprentissage doit obligatoirement être déclaré ?
Non, rien de vous y oblige, ni lors du processus d’admission, ni lors de votre scolarité.

Est-ce que les informations qu’un apprenant donne  sur lui et son trouble sont confidentielles ?
Toujours, chaque intervenant, conseiller, professeur, doit respecter vos informations personnelles. Avant de parler de vous à un autre professionnel ou aux enseignants, la personne doit vous faire signer un consentement.

Si je suis dans cette situation et que JE DÉCIDE DE LE DIRE, quand le dire ?
Vous pouvez le dire à tout moment et personne ne peut vous blâmer de ne l’avoir pas dit lors de l’admission puisque ce n’est pas une obligation. Pour le dire il faut se sentir en confiance.

Si je ne veux pas le dire, pourrais-je avoir des accommodements quand même ?
Il sera difficile d’obtenir des accommodements, mais certains collèges offrent quelques soutiens sans diagnostic. Puis, il y a des services d’aide à la réussite disponibles pour TOUS les étudiants du collège. Par exemple, le centre d’aide en français, le tutorat par les pairs, les ateliers de planification, d’organisation, de gestion du stress sont offerts dans certains collèges. L’offre varie selon les établissements. Toutefois, n’oubliez pas que les accommodements vont paraître, il faut s’attendre à ça (ex.: plus de temps pour un examen, ça va paraître).

Puis-je décider de le dire à certaines personnes et pas à d’autres à l’intérieur du même établissement ?
Tout à fait, au cégep par exemple, il se peut que vous ayez besoin d’accommodements pour la dyslexie comme un logiciel ou des textes parlés dans un cours de philosophie mais pas dans un cours de dessin ou de natation.

 

Découvrez les autres capsules de l’Institut TA

Abonnez-vous à notre infolettre mensuel pour restez à l’affût de nos dernières nouvelles!